Allez au contenu, Allez à la navigation

Journée de débat pour le refus des violences scolaires

11e législature

Question écrite n° 28301 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 12/10/2000 - page 3446

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur l'article paru à la page 7 du quotidien Le Figaro du 28 janvier 2000 dans lequel il est indiqué qu'" une journée de débat portant sur l'importance de parler pour refuser la violence (scolaire) sera organisée à la rentrée (des vacances) de février dans toutes les écoles et les établissements du second degré. " Il le remercie de bien vouloir lui indiquer si une telle journée de débat a bien été organisée, souhaiterait en connaître le bilan et savoir si une telle expérience sera renouvelée au cours de l'année scolaire 2000-2001, dans l'espoir de quels résultats.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 15/02/2001 - page 584

Réponse. - Le ministère de l'éducation nationale a, depuis la présentation en janvier 2000 de la deuxième phase du plan de lutte contre la violence en milieu scolaire, mis en uvre un ensemble de mesures visant à mieux structurer et à diversifier les actions pour améliorer l'efficacité du dispositif. La journée débat relative à l'importance de " parler pour refuser la violence scolaire ", dont fait état l'honorable parlementaire, s'inscrit parmi l'une des mesures annoncées. Compte tenu de la large diffusion de ce plan, auprès des recteurs, des inspecteurs d'académie et des chefs d'établissement, et de l'ouverture d'un site internet " plan violence " à l'adresse du ministère de l'éducation nationale (http:/www.education.gouv.fr " système éducatif ") permettant de rendre lisibles les actions et les objectifs du plan, il a été laissé à l'appréciation de chaque recteur la liberté d'organiser la journée de débat sur le refus de la violence en milieu scolaire dans le ressort des établissements scolaires de son académie, selon des modalités qui lui semblent les mieux appropriées pour sa mise en uvre.