Allez au contenu, Allez à la navigation

Commission nationale pour l'éducation à l'image

11e législature

Question écrite n° 28511 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 19/10/2000 - page 3534

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de Mme le ministre de la culture et de la communication sur la conférence de presse donnée le 9 avril 1999 par son prédécesseur et l'ancien ministre de l'éducation nationale sur les " partenariats éducation culture " au cours de laquelle il a été indiqué (page 23 du compte rendu) que sera créée une commission nationale pour l'éducation à l'image. Il lui demande si à ce jour une telle commission a été créée, dans l'affirmative quel est le bilan de ses activités.



Réponse du ministère : Culture

publiée dans le JO Sénat du 08/03/2001 - page 832

Réponse. - La création d'une commission nationale pour l'éducation à l'image qui avait été annoncée par la ministre de la culture et de la communication et par le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie lors de leur conférence de presse conjointe du 9 avril 1999 sur les " partenariats éducation culture " a finalement été ajournée, car jugée prématurée dans le contexte actuel. En effet, l'ensemble des actions liées à l'éducation à l'image et au cinéma est piloté au plan national par une commission partenariale fonctionnant depuis 1990, la COSEAC (Commission d'orientation et de suivi des enseignements et activités de cinéma-audiovisuel), composée d'une vingtaine de membres à parité entre les ministères de l'éducation nationale et de la culture. La COSEAC assure le suivi des enseignements obligatoires (implantés dans 108 lycées, concernant 8 000 élèves), des options, des ateliers de pratique artistique, des ateliers d'expression artistique, élabore des outils pédagogiques (notamment des documentaires d'analyse sur les films du programme) et préconise des actions de formation. C'est à elle que revient l'impulsion, le suivi et l'évaluation de l'ensemble des activités pédagogiques dans ce domaine et l'élaboration de nouveaux outils pédagogiques. Par ailleurs, et afin de préparer des décisions ultérieures, une étude a été confiée à un membre du service de l'inspection générale de l'administration des affaires culturelles pour dresser un état des lieux et procéder à une expertise et évaluation des actions menées à l'initiative du ministère ou avec son concours, avec son seul soutien ou en partenariat avec d'autres ministères ou collectivités territoriales, et formuler toutes propositions pour améliorer les actions existantes ou en lancer de nouvelles afin de développer la politique du ministère dans le domaine de l'éducation à l'image.