Allez au contenu, Allez à la navigation

Aides éducateurs de l'éducation nationale : effort de formation pour les jeunes les moins qualifiés

11e législature

Question écrite n° 29180 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 16/11/2000 - page 3885

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur le rapport d'information intitulé " Pour une sortie en bon ordre, bilan à mi-parcours des emplois-jeunes ", fait au nom de la commission des affaires sociales du Sénat, annexé au procès-verbal de la séance du 12 octobre 2000 et dans lequel son auteur suggère, à la page 64, de " recentrer l'effort de formation des aides éducateurs de l'éducation nationale sur les jeunes les moins qualifiés qui rencontrent le plus de difficultés à l'issue de leur contrat pour s'insérer dans le monde du travail ". Il souhaiterait savoir si, à ce jour, des mesures allant en ce sens vont être prises. Quelles seront-elles ?



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 01/03/2001 - page 741

Réponse. - Le ministère de l'éducation nationale attache une très grande importance à l'insertion professionnelle des aides-éducateurs au terme du contrat de cinq ans. Chaque aide-éducateur doit, après un bilan de ses compétences, arrêter un projet professionnel réaliste et bénéficier d'une formation adaptée le préparant à cet emploi. Les aides-éducateurs postulent vers des emplois du secteur public ou du secteur privé. En ce qui concerne le secteur public sont organisées des préparations aux concours de recrutement de l'enseignement organisées par les IUFM et le Centre national d'enseignement à distance (CNED) ; des préparations au concours administratifs organisées par les instituts de préparation à l'administration générale (IPAG) ; des préparations aux concours de recrutement de la police nationale. S'agissant du secteur privé, les recteurs d'académie signent des accords locaux portant sur des perspectives d'embauches locales. Des accords-cadres ont été signés au niveau national avec des entreprises, des branches professionnelles ou des ministères. Actuellement, les perspectives d'embauches s'élèvent à 51 700 possibilités dont les profils d'emplois doivent être précisés entreprise par entreprise, administration par administration. Il s'agit d'emplois de tout niveau susceptibles d'accueillir des jeunes de niveaux d'études différents. Des formations d'adaptation à chaque emploi sont assurées avant les entretiens d'embauches. Une attention particulière est apportée aux aides-éducateurs dont le niveau de formation est le moins élevé.