Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation de l'université La Sorbonne

11e législature

Question écrite n° 29289 de Mme Nicole Borvo (Paris - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 23/11/2000 - page 3964

Mme Nicole Borvo attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur la situation de l'université La Sorbonne (5e arrondissement de Paris) et des autres ensembles universitaires à sa proximité. Les locaux de ces ensembles se dégradent et sont de plus en plus vétustes. Des travaux de mise en sécurité s'imposent d'urgence. Les étudiants, notamment, manquent d'espaces de détente, les salles de lecture et les bibliothèques universitaires environnantes sont surchargées et connaissent également de graves problèmes. M. le président de l'université Paris-I - Panthéon-Sorbonne relève que s'il est absolument nécessaire d'effectuer des travaux de mise en sécurité ils ne peuvent être réalisés en présence des étudiants. Des solutions provisoires s'imposeraient donc en mettant par exemple à disposition des locaux à proximité de La Sorbonne. Il semble qu'à ce sujet l'Etat fasse des propositions. Mais pour concrétiser les travaux nécessaires, il est indispensable d'augmenter les crédits sécurité attribués par l'Etat. De toute évidence, il s'agit ici d'une situation d'urgence qui ne peut attendre. Il est à noter d'ailleurs que le plan université de l'an 2000, sous prétexte d'une supposée surdotation parisienne, a oublié les universités parisiennes. Il est de la responsabilité de l'Etat de remédier à cette situation préjudiciable pour les étudiants, les enseignants et les personnels en rendant disponibles les moyens nécessaires, pérennisant ainsi le renom mondial de ces universités.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 22/03/2001 - page 1016

Réponse. - La situation difficile des établissements parisiens n'a pas manqué d'attirer l'attention du ministère de l'éducation nationale. Afin d'améliorer les conditions dans lesquelles se trouvent ces derniers, l'académie de Paris a été intégrée de façon significative dans le contrat de plan Etat-région 2000-2006 pour un montant total de 4 670 MF représentant ainsi la moitié des financements pour l'Ile-de-France : nouveau pôle ZAC Paris Rive-Gauche : 2 350 MF, dont 850 MF financés par l'Etat ; modernisation des sites existants : 1 139,3 MF entièrement financés par l'Etat ; bibliothèques et espaces de travail : 781 MF, dont 50 MF financés par l'Etat ; vie étudiante : 400 MF, dont 20 MF financés par l'Etat. D'autre part, une enveloppe de crédits de sécurité de 670 MF a été attribuée aux établissements publics de l'enseignement supérieur de l'académie de Paris, au titre des travaux de mise en sécurité des bâtiments d'enseignement et de recherche, soit près du quart de l'enveloppe globale destinées à 30 académies. Le recteur est chargé de conduire la négociation relative à la mise en place des schémas directeurs de mise en sécurité pour les années 2000-2006.