Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation financière de l'Institut du monde arabe

11e législature

Question écrite n° 29722 de M. Serge Mathieu (Rhône - RI)

publiée dans le JO Sénat du 14/12/2000 - page 4195

M. Serge Mathieu demande à M. le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie s'il peut préciser, à la représentation nationale, l'état actuel de la situation financière de l'Institut du monde arabe qui faisait l'objet " d'un nouvel effort de maîtrise des dépenses et d'une meilleure rentabilité de ses activités " selon les engagements de ses prédécesseurs. D'autant que la gestion de cet Institut faisait, en 1998 et 1999, l'objet d'une information judiciaire.



Réponse du ministère : Économie

publiée dans le JO Sénat du 22/03/2001 - page 1012

Réponse. - La situation financière de l'Institut du monde arabe (IMA) reste délicate. Elle est marquée par une tendance au déficit, fonction des aléas liés au versement des contributions des pays arabes membres de l'institution. Pour des raisons très diverses, la continuité de ces versements n'est pas toujours assurée. La France honore, quant à elle, ses engagements (environ 60 millions de francs). Dans ce contexte, l'IMA, d'une part, mène une action soutenue de maîtrise de ses dépenses, notamment salariales et de fonctionnement courant, et d'amélioration de leur efficacité et, d'autre part, développe ses ressources propres. Celles-ci ont ainsi augmenté de plus d'un tiers entre 1998 et 1999 et représentent désormais plus de 40 % des recettes de l'établissement pour un budget global de l'ordre de 130 millions de francs. La restauration de l'équilibre financier de l'établissement passe dans un premier temps par la poursuite de ces actions engagées en vue d'améliorer sa gestion. Dans un deuxième temps, l'importance de l'institut justifiera la plus grande attention à la mise en place d'un dispositif financier pérenne fondé en particulier sur le maintien du partenariat franco-arabe. Par ailleurs, les contentieux en cours, liés aux suites d'un projet de manifestation abandonné en 1992-1993 sont en voie de règlement et ne devraient pas engendrer de lourdes conséquences financières dans la gestion de l'IMA.