Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des aides éducateurs employés dans l'éducation nationale au titre des emplois-jeunes

11e législature

Question écrite n° 29947 de M. Roger Lagorsse (Tarn - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 21/12/2000 - page 4344

M. Roger Lagorsse attire l'attention de Mme le ministre de l'emploi et de la solidarité sur la situation des aides éducateurs employés dans l'éducation nationale au titre des emplois-jeunes. Le principe de pérennisation n'ayant pas été retenu certains se retrouvent dans la plus grande incertitude quant à l'issue de leur contrat. Leur recherche d'emploi s'avère souvent difficile compte tenu de cette spécialisation. En conséquence, il lui demande si des mesures d'aide à la formation mais aussi à la recherche d'emploi pour ceux qui ne resteront pas dans ce secteur d'activités, ne pourraient être envisagées.

Transmise au ministère : Éducation



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 26/04/2001 - page 1446

Réponse. - L'avenir professionnel des aides-éducateurs est une préoccupation constante du ministère de l'éducation nationale. C'est pourquoi, la politique de formation et de professionnalisation des aides-éducateurs, considérée comme prioritaire, a été relancée et réorientée clairement vers des actions et des mesures visant à faciliter leur insertion sur un emploi stable dans le secteur public ou privé à l'issue de leur contrat. A titre d'exemple, les accords passés au cours de l'année 1999 avec des partenaires publics responsables de formations diplomantes ou avec des entreprises privées offrant les possibilités d'embauche, ont été récemment complétés par la signature, le 13 décembre 2000, d'une nouvelle série de conventions avec des entreprises de secteurs très divers. Par ailleurs, les dispositions prises en matière d'aménagement du temps de travail des aides-éducateurs au regard de leur formation, traduites dans la circulaire nº 2000-100 du 29 juin 2000, relative à la formation et à la professionnalisation des aides-éducateurs et publiée au Bulletin officiel de l'éducation nationale nº 26 du 6 juillet 2000, concourent à donner aux jeunes une opportunité réelle de suivre un parcours de formation professionnalisant pendant la durée de leur contrat.