Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des verreries de Masnières (Nord)

11e législature

Question écrite n° 30013 de M. Ivan Renar (Nord - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 21/12/2000 - page 4341

M. Ivan Renar attire l'attention de M. le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie sur la situation des verreries de Masnières. En effet, la direction des verreries de Masnières a lancé un nouveau plan de restructuration prévoyant la suppression de 150 personnes, nombre d'entre elles étant victimes de licenciements " secs ". Ce nouveau plan, repoussé une première fois au printemps 2000 s'ajoute aux 173 postes déjà supprimés début 1999. Il est une nouvelle étape d'une restructuration plus vaste engagée par le groupe Bormiolo dès le rachat de l'entreprise à BSN, avec à la clé la délocalisation des productions. Le traumatisme est grand parmi la population de Masnières tant l'histoire de la commune et celle de ses habitants se conjuguent avec l'essor des verreries. Interrogé en juin 2000 à l'annonce du précédent plant de restructuration finalement repoussé, le Gouvernement avait mis en avant " sa volonté d'utiliser toutes les armes juridiques, économiques et industrielles en son pouvoir pour empêcher la casse de l'entreprise ". La présidence française de l'Union européenne devait également être mise à profit pour une harmonisation européenne apte à freiner les concurrences et délocalisations. En conséquence, il lui demande de bien vouloir lui indiquer les suites qu'il compte donner à ces intentions.



Réponse du ministère : Économie

publiée dans le JO Sénat du 01/03/2001 - page 739

Réponse. - Après les bouleversements induits par un premier plan social en 1999, les verreries de Masnières connaissent à nouveau une période délicate. L'actionnaire italien de l'enterprise a redéfini sa stratégie de développement en spécialisant les différents sites industriels : les verreries de Masnières deviennent ainsi le pôle flaconnage de luxe du groupe. Cette réorientation de l'activité des verreries entraîne l'arrêt de la fabrication de flacons pour la pharmacie et est suivie d'un plan social, ce qui suscite une profonde inquiétude parmi les salariés de l'entreprise. Des réunions ont été organisées à l'initiative des cabinets de la ministre de l'emploi et de la solidarité et du secrétaire d'Etat à l'industrie avec la direction des verreries afin d'affirmer la nécessité pour le groupe d'apporter des garanties quant à la pérennité du site de Masnières, ainsi que la volonté des pouvoirs publics de mettre en uvre toutes les mesures possibles afin de limiter sur l'emploi d'un plan social. Cette préoccupation a été confirmée lors d'une réunion avec les représentants du personnel au cours de laquelle il a été précisé que l'Etat veillerait à réduire l'ampleur du plan et favoriserait par ailleurs le développement d'autres activités dans cette zone en mettant en uvre un ensemble de mesures visant à renforcer l'attractivité de cette zone du Cambrésis. Suite à ces interventions des salariés, des élus et de l'Etat, la direction des verreries a présenté un nouveau plan envisageant une moindre réduction des effectifs. Ce plan a été accepté par le comité d'entreprise. Les services centraux de l'Etat suivent avec attention l'évolution de la situation des verreries de Masnières en coordination avec les autorités locales. Le ministère de l'économie, des finances et de l'industrie restera particulièrement vigilant sur le respect par l'entreprise des engagements pris sur la pérennité de l'activité industrielle, qui passent notamment par la création du pôle flaconnage de l'ensemble du groupe. Des mesures destinées à redynamiser le bassin d'emploi de Cambrai sont par ailleurs en préparation, en lien avec les acteurs locaux.