Allez au contenu, Allez à la navigation

Fréquentation des petites salles de cinéma

12e législature

Question écrite n° 21616 de M. Marcel Vidal (Hérault - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 09/02/2006 - page 336

M. Marcel Vidal attire l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication à propos du problème de fréquentation des petite salles de cinéma. Face à une baisse générale de la fréquentation en France (- 14 % en 2005), la concurrence du DVD, de la télévision, des multiplexes, et maintenant d'internet, les petits exploitants ont de plus en plus de mal à faire face à ces mutations économiques. Malgré les efforts qu'ils déploient souvent (acceptation des cartes illimitées Gaumont et UGC, animations diverses permettant une démarcation identitaire par rapport aux multiplexes, etc.), les quelques soutiens extérieurs et la recette propre générée par des rendez-vous exceptionnels ne permettent pas de rééquilibrer les difficultés actuelles du secteur cinématographique dont les plus modestes sont les premiers touchés. Il souhaiterait savoir si des soutiens spécifiques ou des solutions nouvelles en faveur de ce réseau de petites salles sont actuellement envisagés par le Gouvernement.



Réponse du Ministère de la culture et de la communication

publiée dans le JO Sénat du 23/03/2006 - page 850

L'honorable parlementaire a bien voulu appeler l'attention du ministre de la culture et de la communication sur les difficultés des petites salles de cinéma confrontées à la baisse de fréquentation et à la concurrence de nouveaux supports. La chute de la fréquentation des salles de cinéma en 2005 a suscité de vives inquiétudes parmi les professionnels de l'exploitation, en particulier dans les petites villes. L'analyse des raisons de cette baisse de la fréquentation est en cours. A ce stade de l'analyse, il semble prématuré d'envisager un nouveau soutien spécifique à l'appui des dispositifs existants : aide à la création et à la modernisation, classement art et essai (la moitié des établissements classés sont dans des petites villes) et soutien des collectivités locales. Toutefois, le ministère de la culture et de la communication et le Centre national de la cinématographie (CNC) restent très attentifs à toutes les évolutions afin qu'elles ne remettent pas en cause leur politique en faveur de la diversité de l'offre cinématographique sur l'ensemble du territoire.