Allez au contenu, Allez à la navigation

Formation aux premiers secours

12e législature

Question écrite n° 21913 de M. Bernard Piras (Drôme - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 02/03/2006 - page 584

M. Bernard Piras attire l'attention de M. le ministre de la santé et des solidarités sur la formation aux premiers secours. Il apparaît que seulement 6 % de la population connaît les gestes de premier secours qui permettent de venir en aide aux victimes en attendant les secours. La mise en place récente de défibrillateur semi-automatique dans certains lieux publics ne peut en aucun cas remplacer l'action humaine. L'information et les campagnes de sensibilisation autour des gestes qui sauvent et de la préparation de l'AFPS (attestation de formation aux premiers secours) ne semblent pas être suffisantes. Il lui demande quels sont les mesures et les axes de travail entrepris et/ou envisagés pour proposer le secourisme au plus grand nombre.



Réponse du Ministère de la santé et des solidarités

publiée dans le JO Sénat du 07/09/2006 - page 2361

Le ministre de la santé et des solidarités est conscient des progrès qu'une large utilisation des défibrillateurs cardiaques externes peut apporter aux victimes d'une crise cardiaque. Il envisage de modifier le décret n° 98-239 du 27 mars 1998 modifié fixant les catégories de personnes non médecins habilitées à utiliser un défibrillateur semi-automatique, en étendant leur utilisation aux professionnels de santé et aux personnes ayant suivi une formation préalable. A cet effet, il a demandé à l'AFSSAPS de lui fournir une expertise sur les modalités d'utilisation afin de définir les opérations à effectuer sur les deux types de défibrillateurs, semi-automatiques et automatiques, trouvés sur le marché. Au vu des résultats de cette expertise, le ministre de la santé et des solidarités procédera éventuellement à la modification du décret précité.