Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des associations de jeunesse et d'éducation populaire de la Réunion

12e législature

Question écrite n° 22275 de M. Jean-Paul Virapoullé (La Réunion - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 16/03/2006 - page 760

M. Jean-Paul Virapoullé attire l'attention de M. le ministre de la jeunesse, des sports et de la vie associative sur la situation difficile dans laquelle se trouvent les associations de jeunesse et d'éducation populaire, notamment à la Réunion. Ces dernières se plaignent de devoir faire face à un désengagement continu de l'Etat : crainte de réductions des financements des caisses d'allocations familiales, notamment des contrats temps libre, baisse des subventions du ministère, suppression des emplois jeunes, réduction régulière des subventions du ministère de l'éducation nationale, diminution des crédits pour le soutien scolaire, menaces sur les postes FONJEP et remise en question de la gestion paritaire de ces fonds, etc. Malgré les 15 M qui vont abonder les crédits de votre ministère dans le cadre de l'égalité des chances en zone sensible et l'octroi de 7,5 M aux associations précitées, il lui demande si ces mesures seront suffisantes pour assurer les missions qui leur sont dévolues.



Réponse du Ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative

publiée dans le JO Sénat du 20/04/2006 - page 1154

Les associations, nonobstant un contexte budgétaire contraint en 2005, ont pu bénéficier en 2004 et 2005 de 75 millions d'euros d'aides, dont notamment 17 millions d'euros sous forme de subventions et 48 millions d'euros sous forme de postes FONJEP et de crédits du Conseil de développement de la vie associative (CDVA). S'agissant plus particulièrement des moyens financiers destinés au développement de la vie associative, le Premier ministre, dans sa déclaration du 8 novembre 2005 devant l'Assemblée nationale, a annoncé l'inscription au budget 2006 de 100 millions d'euros supplémentaires pour les associations, dont 85 millions d'euros sont inscrits au budget du ministère chargé de la cohésion sociale et 15 millions d'euros à celui du ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative. Ces crédits seront consacrés à l'offre d'activités sportives, culturelles et de loisirs dans les banlieues. Cette enveloppe permettra également d'amplifier la professionnalisation des animateurs et éducateurs, ainsi que la formation des bénévoles. Enfin, elle contribuera à la structuration des associations nationales, mais surtout elle renforcera le réseau des associations actives dans les quartiers sensibles. Ces mesures devraient permettre de conforter les missions d'intérêt général des associations en leur assurant un financement en 2006 correspondant à leurs besoins, notamment dans le cadre du CDVA.