Allez au contenu, Allez à la navigation

Titre de psychothérapeute

12e législature

Question écrite n° 22444 de M. Bernard Dussaut (Gironde - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 30/03/2006 - page 902

M. Bernard Dussaut appelle l'attention de M. le ministre de la santé et des solidarités sur le projet de décret précisant l'article 52 de la loi de santé publique n° 2004-806 du 9 août 2004 portant sur le titre de psychothérapeute. Ce projet de décret suscite de nombreuses inquiétudes. Les professionnels réclament une réelle concertation collégiale des quatres professions concernées psychologues, psychiatres, psychanalystes et psychothérapeutes. Il lui demande s'il entend les réunir et prendre en compte leurs propositions.



Réponse du Ministère de la santé et des solidarités

publiée dans le JO Sénat du 30/11/2006 - page 3015

L'article 52 de la loi n° 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique a pour objectif d'offrir tant au public qu'aux professionnels, qui en sont majoritairement demandeurs, une information sur la qualité et le niveau de formation des professionnels usant du titre de psychologue. Cet article prévoit, d'une part, l'inscription de tous ceux qui font usage de ce titre sur un registre national auprès du représentant de l'Etat de leur département. Cette inscription est de droit pour les médecins, les psychologues et les psychanalystes régulièrement enregistrés dans les annuaires de leurs associations. D'autre part, dans le souci d'assurer à des patients vulnérables ou présentant une pathologie mentale, une prise en charge de qualité, il prévoit le principe d'une formation théorique et pratique en psychopathologie clinique pour les personnes faisant usage de ce titre, à définir dans un décret en Conseil d'Etat. Le projet de décret d'application de cet article est en cours d'élaboration. Il a donné lieu à de nombreuses réunions de concertation bilatérales ainsi qu'à trois réunions de concertation plénières, regroupant l'ensemble des organisations professionnelles concernées : psychothérapeutes, psychanalystes, psychiatres, psychologues, universitaires. Lors de ces réunions, un document de travail, qui pourrait servir de base au futur décret, a été présenté et discuté avec les professionnels qui ont proposé un certain nombre d'amendements. Aujourd'hui, la phase de concertation s'achève et les grandes orientations de ce projet de décret sont les suivantes : la qualité des professionnels dépend du niveau de formation exigé, l'usage du titre de psychothérapeute serait donc réservé aux professionnels ayant suivi une formation de niveau master (exprimée en nombre d'heures théoriques et pratiques) sauf pour les inscrits de droit, dont une grande partie a déjà un niveau master, enfin la formation serait confiée à l'université. Le Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) vient de donner un avis favorable lors de sa séance du 16 octobre dernier. Le Conseil d'Etat sera prochainement saisi sur un projet de décret.