Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir des écoles Calandretas et de la langue occitane

12e législature

Question écrite n° 22496 de M. Roger Besse (Cantal - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 30/03/2006 - page 899

M. Roger Besse attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur les inquiétudes des écoles Calandretas quant aux attributions depostes qui leur sont accordées. En effet, il semble que la dotation de douze ETP pour l'année 2000-2001 soit passée à deux pour 2005-2006, cela pour l'ensemble de ces établissements implantés dans sept rectorats et dix-sept départements. Cette situation risque de mettre en péril la formation des maîtres, voire l'avenir des écoles et de la langue occitanes. Par conséquent, il lui demande quelles mesures il envisage de prendre en faveur de cet enseignement.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 31/08/2006 - page 2281

En 2005, nonobstant un contexte budgétaire contraint, une attention toute particulière a été portée à la situation des divers réseaux de langues régionales (ABCM pour l'alsacien, Seaska pour le basque, Diwan pour le breton, La Bressola pour le catalan et Calendretas pour l'occitan). Ceux-ci ont bénéficié au total, compte tenu des ressources votées dans le cadre de la loi de finances, de quatorze contrats d'enseignement supplémentaires dont notamment deux au profit de l'association Calendretas. L'attribution de dotations supplémentaires au bénéfice des réseaux de langues régionales s'effectuera à l'issue des mesures d'ajustement de moyens, actuellement en cours, pour une entrée en vigueur à la rentrée 2006.