Allez au contenu, Allez à la navigation

Réforme du baccalauréat sciences et techniques de laboratoire (STL)

12e législature

Question écrite n° 22885 de Mme Annie David (Isère - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 20/04/2006 - page 1107

Mme Annie David appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur le projet de réforme du baccalauréat sciences et techniques de laboratoire (STL). En effet, la filière STL comprend trois spécialités, dans la mesure où les débouchés sont très différents : biochimie-génie biologique (BGB), physique de laboratoire et des procédés industriels (PLPI, ) et chimie de laboratoire et des procédés industriels (CLPI). Or, ce projet prévoirait de créer un tronc commun en première STL qui déboucherait sur trois options en terminale. Les enseignants concernés craignent donc, à juste titre, que la création d'un tel tronc commun avec une prédominance pour les sciences physiques au détriment de l'approche biotechnologique, conduise à terme, à la disparition de la filière BGB. Pourtant cette filière est très attractive tant par ces aspects pratiques, par les différents thèmes d'actualités qu'elle aborde (grippe aviaire, vache folle...) que par les perspectives diversifiées d'études supérieures à caractère scientifique qu'elle ouvre. Alors que le Gouvernement a indiqué sa volonté de lutter contre la désertification des filières scientifiques, ce projet de réforme minimaliste est un contre sens. En conséquence, elle lui demande de redéfinir, en concertation, avec les personnels concernés, ce projet de réforme afin de préserver la filière BGB.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 10/08/2006 - page 2131

La rénovation de la voie technologique répond à la nécessité de préparer un plus grand nombre de lycéens à poursuivre des études dans l'enseignement supérieur. Les objectifs poursuivis visent à positionner clairement ces séries comme des voies d'accès à la poursuite d'études dans l'enseignement supérieur ; à simplifier la structure de ces séries et à élargir, pour une spécialité donnée, le champ des possibilités de poursuite d'études, notamment en section de technicien supérieur (plus grande polyvalence des spécialités) ; à rendre plus lisible et plus attractive la voie technologique industrielle, notamment pour les jeunes filles ; à actualiser les contenus des champs de connaissances afin qu'ils soient centrés sur les concepts fondamentaux des sciences et des techniques adaptés à des poursuites d'études. S'agissant de la rénovation de la série « sciences et technologies de laboratoire » (STL) dont relève la spécialité « biochimie-génie biologique », elle n'a fait l'objet que de réflexions préparatoires et à ce stade, aucune décision n'a été prise quant à la fusion de ses matières. En outre, il n'a jamais été envisagé de mettre en cause l'importance des travaux pratiques en laboratoire : au contraire, les réflexions en cours préconisent de les valoriser dans le cadre d'un « projet technologique » interdisciplinaire.