Allez au contenu, Allez à la navigation

Pérennité et préjudice subi par les entreprises de travaux publics soumises aux délais de paiement de trente jours dans les transports

12e législature

Question écrite n° 22896 de M. Alain Fouché (Vienne - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 27/04/2006 - page 1177

M. Alain Fouché attire l'attention de M. le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie sur les conséquences pour les entreprises de travaux publics de la mise en application de l'article 23 de la loi n° 2006-10 du 5 janvier 2006 relative à la sécurité et au développement du transport. En effet, cette disposition instaure, d'une part la prise en compte systématique de la hausse des prix des carburants dans le prix des prestations de transport de marchandises, d'autre part des conditions de paiement dérogatoires au régime général avec un paiement sur trente jours maximum, sous peine de sanctions pénales. Les entreprises de travaux publics, et en particulier de construction routière, sont elles-mêmes tributaires de la hausse des produits pétroliers sans pour autant qu'elles puissent répercuter systématiquement cette hausse dans leurs marchés puisqu'il est démontré qu'environ 30 % des marchés publics qui sont passés à prix ferme ne sont pas actualisables, contrairement à ce que prévoit la réglementation, et que seulement la moitié des marchés sont à prix révisables. En tant que clientes importantes des transporteurs, et en l'absence de contrepartie, ces entreprises seront, avec cette indexation systématique, doublement pénalisées. D'une part, le poids des produits pétroliers est très significatif dans leur activité, les postes qui y sont liés représentant environ 15 % du coût total de la construction routière. D'autre part, les délais de paiement des maîtres d'ouvrage publics qui représentent 70 % environ de la clientèle des entreprises de travaux publics, sont fixés à 45 jours maximum. Même quand ces délais seront respectés, la disposition qui accorde, pour le transport routier de marchandises, des délais de paiement de 30 jours maximum, aura des répercussions préjudiciables sur la trésorerie des entreprises de travaux publics et, malheureusement à terme, sur la pérennité de nombre d'entre elles. Par conséquent, il lui demande de bien vouloir lui indiquer s'il envisage de prendre des dispositions particulières afin de remédier à la situation regrettable exposée, et dans quel délai.



Réponse du Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie

publiée dans le JO Sénat du 16/11/2006 - page 2883

La loi du 5 janvier 2006 accorde effectivement aux opérateurs de transport de marchandises des délais de paiement dérogatoires au régime général. Depuis l'entrée en vigueur de la loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (NRE), les pouvoirs publics ont fait des efforts considérables pour réduire les délais de paiement de manière à respecter le délai maximal fixé désormais à quarante-cinq jours par le décret du 21 février 2002 pris en application de la loi. L'importance de la démarche visant à réduire les délais de paiement a été rappelée par l'instruction du ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer et du ministre de l'économie, des finances et de l'industrie du 13 décembre 2005 dans le domaine du bâtiment et du génie civil. Ces efforts se poursuivent, notamment avec la mise en place de dispositifs de traitement automatisé du paiement des achats effectués par les services de l'Etat et des collectivités territoriales. Il s'agit, entre autres, de la mise en place des logiciels Chorus pour l'Etat et Hélios pour les collectivités territoriales. Avec l'entrée en application de ces dispositifs une nouvelle baisse sensible des délais de paiement des opérateurs publics devrait pouvoir être constatée quand bien même le délai maximal de quarante-cinq jours aurait été fixé dans le marché. Par suite et compte tenu du souci d'avoir des règles stables, le recours à une nouvelle modification réglementaire du délai maximal de paiement pour les marchés publics, dont la fixation est encore récente, ne serait pas, en soi, d'un apport déterminant dans cette recherche par les pouvoirs publics d'une amélioration sensible de ces délais. Au demeurant, exception faite du cas des transports routiers pour lequel le législateur a, dans le cadre de la loi du 5 janvier 2006, fixé à trente jours le délai de paiement des prestations, on peut souligner que le délai de quarante-cinq jours imposé à l'administration se compare très favorablement aux délais de paiement couramment pratiqués entre opérateurs économiques du secteur privé. Ainsi, une étude effectuée au cours de l'année 2005 par la commission, d'examen des pratiques commerciales auprès de soixante-trois organisations professionnelles a fait apparaître que les délais de paiement accordés par les fournisseurs étaient en moyenne de 61,5 jours et que les délais de paiement accordés aux clients étaient de 81,5 jours. Les fournisseurs des collectivités publiques bénéficient donc, en plus de la garantie de solvabilité de l'acheteur, de délais de paiement sensiblement inférieurs à ceux généralement constatés dans le secteur privé. Concernant les variations importantes et erratiques du cours des matières premières, il faut rappeler qu'il est toujours possible d'inclure, dans les marchés mettant en oeuvre ces matières, des clauses de révision de prix, dans des conditions qui viennent d'être précisées par l'article 18 du nouveau code des marchés publics du 1er août 2006. Bien entendu, ces clauses doivent être directement ciblées sur les produits sensibles et ne peuvent être insérées que pour des marchés d'une durée telle que les risques d'aléas sont forts. Par ailleurs, l'article 18 du nouveau code prévoit une actualisation du prix du marché si un délai supérieur à trois mois s'est écoulé entre la date d'établissement du prix et le début d'exécution des prestations pour les marchés de travaux et les marchés de fournitures ou services non courants. Cette disposition s'applique pour les marchés conclus à prix ferme. Enfin, les maîtres d'ouvrage publics sont sensibilisés aux possibilités qu'offre le code des marchés publics pour prendre en compte les variations des conditions économiques dans la détermination des prix des marchés publics notamment par l'instruction interministérielle relative à la prise en compte des évolutions des coûts dans la fixation des prix des marchés publics de bâtiment et de génie civil, datée du 25 janvier 2005, publiée au Journal officiel de la République française le 4 février 2005.