Allez au contenu, Allez à la navigation

Réglementation des concours de pigeons voyageurs

12e législature

Question écrite n° 23173 de Mme Michèle San Vicente (Pas-de-Calais - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 18/05/2006 - page 1350

Mme Michèle San Vicente attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur les suites données par le gouvernement à l'avis émis le 20 février 2006 par l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) sur l'évaluation du risque sanitaire relatif au virus Influenza aviaire hautement pathogène lié aux lâchers de pigeons voyageurs. L'AFSSA y recommande « la suspension temporaire jusqu'au début mai 2006 des lâchers de pigeons pour participation aux compétitions sportives ». Cette position est contraire aux recommandations de la Commission européenne et aux mesures prises par les grand pays colombophiles depuis l'apparition des premiers cas de grippe aviaire. En outre, elle ne paraît plus opportune, les délais mentionnés par l'AFSSA étant écoulés. Dans ces conditions, elle lui demande de lui indiquer les intentions du gouvernement en matière de réglementation des concours de pigeons voyageurs.



Réponse du Ministère de l'agriculture et de la pêche

publiée dans le JO Sénat du 06/07/2006 - page 1837

Afin de tenir compte de la menace que représentent les oiseaux sauvages migrateurs qui sont soupçonnés de pouvoir véhiculer le virus de l'influenza aviaire de manière transfrontalière sur de longues distances, et ainsi d'exposer nos espèces sauvages et nos oiseaux domestiques, des mesures sanitaires de prévention du risque ont été rendues applicables en France par arrêté ministériel daté du 24 octobre 2005. A ce titre, tout rassemblement d'oiseaux vivants sur les foires, marchés et expositions a été interdit. L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA), dans son avis en date du 20 février 2006 sur « l'évaluation du risque sanitaire relatif au virus influenza aviaire hautement pathogène lié aux rassemblements d'oiseaux domestiques ou d'ornement et aux lâchers de pigeons voyageurs, ainsi qu'à l'identification des mesures sanitaires appropriées », a recommandé l'application aux pigeons des mêmes interdictions qu'aux autres oiseaux domestiques et d'ornement en matière de rassemblement. Elle a également recommandé la suspension temporaire jusqu'à début mai 2006 des lâchers de pigeons pour participation aux compétitions sportives en indiquant que cette recommandation spécifique devrait être réexaminée en fonction de l'évolution de la situation épidémiologique relative à l'influenza aviaire en France et dans l'Union européenne. Etant donné la nette amélioration constatée de la situation épidémiologique par rapport à celle qui prévalait au cours des mois de février et mars 2006, le Gouvernement a demandé en mai 2006 à l'AFSSA de procéder à une actualisation de son évaluation du risque. Dans un avis émis le 12 mai 2006, l'AFSSA considère qu'il est désormais possible d'autoriser les rassemblements de pigeons voyageurs et de lever la suspension temporaire, initialement prévue jusqu'au début mai 2006, des « lâchers » de pigeons pour participation aux compétitions sportives (y compris celles de fond et de demi-fond) sauf lorsqu'elles comportent un départ, une arrivée ou un survol des zones actuellement ou antérieurement identifiées comme zones de protection et de surveillance dans la région de la Dombes. L'AFSSA souligne cependant que ces recommandations demeurent temporaires et devront être revues en fonction de l'évolution de la situation et, en tout état de cause, en fin d'été afin d'anticiper sur les migrations automnales. Le Gouvernement a donc décidé de modifier, dès le 12 mai 2006, l'arrêté du 24 octobre 2005 afin de prendre en compte les recommandations contenues dans cet avis de l'AFSSA. Depuis le 13 mai 2006, il est donc à nouveau possible d'organiser des rassemblements de pigeons voyageurs en vue de leur lâcher à des fins de compétitions sportives pour autant que ces rassemblements ne soient pas organisés dans les communes à risque de la Dombes, qu'aucun des colombiers de provenance des pigeons participants ne soit situé dans l'une de ces communes et que les oiseaux lâchés ne puissent ni les traverser ni y achever leur parcours.