Allez au contenu, Allez à la navigation

La Banque Postale

12e législature

Question écrite n° 23196 de M. Michel Charasse (Puy-de-Dôme - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 18/05/2006 - page 1358

M. Michel Charasse signale à M. le ministre délégué à l'industrie que, contrairement aux attentes des usagers et à la propagande de La Poste, la création de La Banque Postale s'est traduite par une régression de certains des services précédemment offerts aux usagers de La Poste, au point que le niveau de prestations se trouve aujourd'hui inférieur à celui de la plupart des banques, sur lesquelles La Poste prétend copier pour leur faire concurrence. Ainsi, par exemple, alors que les usagers paient toujours des redevances à cet effet, La Poste n'envoie plus de relevés quotidiens des opérations sur CCP, mais se contente d'un relevé hebdomadaire, d'ailleurs parfaitement imprécis. Ainsi, les opérations d'un jour « J » sont, contrairement aux pratiques antérieures, postées le lendemain, pour parvenir à l'usager au mieux le sur-lendemain. Il n'est donc plus possible de suivre comme autrefois l'évolution de l'avoir des comptes. Pire encore : alors que les banques permettent la consultation des comptes par téléphone, en ce qui concerne les opérations de débit ou de crédit du mois précédent, les CCP qui fonctionnaient de la même manière avant que La Poste soit érigée en banque, ne communiquent désormais par téléphone que les opérations des 24 heures précédentes. Ainsi, les usagers sont dépourvus à la fois des relevés d'opérations par écrit, et de la possibilité de connaître leurs opérations par téléphone. Il lui demande donc de bien vouloir lui faire connaître si La Poste a décidé de rater son opération bancaire et dans cet esprit, quelles nouvelles surprises elle envisage d'imposer aux usagers pour qu'ils soient définitivement dégoutés, étant donné que ces anomalies ne sont que des exemples parmi d'autres.



La question est caduque