Allez au contenu, Allez à la navigation

Modernisation de la ligne ferroviaire Bordeaux-Lyon via Limoges et Montluçon

12e législature

Question écrite n° 23348 de M. Michel Moreigne (Creuse - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 25/05/2006 - page 1432

M. Michel Moreigne attire l'attention de M. le ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer sur l'avenir de la ligne ferroviaire Bordeaux-Lyon via Limoges, Guéret et Montluçon. La question écrite n° 12092 publiée le 13 mai 2004, restée sans réponse à ce jour, faisait état des inquiétudes des cheminots et des usagers au sujet de la pérennité de cet axe, de l'allongement important du temps de parcours et de la suppression des turbotrains. Il était par ailleurs fait part de l'insuffisance des investissements d'infrastructures envisagés pour moderniser ses 300 kilomètres de voie unique et supprimer les rebroussements. Ces manœuvres en gares de Périgueux, Saint-Sulpice-Laurière ou Gannat allongent considérablement la durée du trajet et sont rédhibitoires pour le fret de transit. Il lui demandait d'apaiser les inquiétudes concernant l'avenir de la liaison ferroviaire nationale Bordeaux-Lyon et sa possible rétrogradation en segmentations à vocation intra-régionale. Depuis lors, en septembre 2005, les présidents de Réseau ferré de France (RFF) et de la SNCF ont remis les conclusions d'un audit sur l'état du réseau ferré national qui « fait le constat d'un vieillissement du réseau au cours des vingt dernières années ». Un plan de « régénération » des infrastructures pour 2006-2010 avait été alors annoncé. Enfin, le 22 mai 2006, le ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer a annoncé le maintien des liaisons actuelles et un plan d'action d'un montant de 3,3 milliards d'euros afin de moderniser, renouveler et sécuriser le réseau ferré. Toutefois, il serait demandé une contribution aux régions pour la remise à niveau des liaisons sur lesquelles circulent des trains express régionaux (TER). Ainsi, il demande à nouveau s'il lui est possible de faire le point sur l'avenir de la ligne Bordeaux-Lyon via Limoges, Guéret et Montluçon, sur le financement de sa modernisation et sur le maintien du caractère national de cet axe dont l'amélioration et l'aménagement devraient constituer une priorité de cohésion et de développement du territoire.



La question est caduque