Allez au contenu, Allez à la navigation

Contenu informatif d'un panneau figurant sur le Panthéon à Paris

12e législature

Question orale n° 1085S de M. Yann Gaillard (Aube - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 22/06/2006 - page 1687

M. Yann Gaillard attire l'attention de M. le ministre délégué à l'enseignement supérieur et à la recherche sur la présentation du panneau informatif « J.C. Decaux » se trouvant à l'extérieur du Panthéon.
En effet, cette notice ne mentionne que le nom d'une des deux femmes reposant dans ce haut lieu de mémoire nationale, à savoir Sophie Berthelot, épouse du célèbre chimiste Marcellin Berthelot (n'y reposant d'ailleurs pas à titre personnel mais au motif qu'on n'avait pas voulu la séparer de son époux).
La seconde, Marie Curie, prix Nobel de physique et chimie – qu'elle partagea avec son mari pour leurs travaux sur la radioactivité - n'y figure absolument pas.
Ainsi, des légions de touristes se trouvent confrontés à cette information fausse et quelque peu désolante.
Il lui fait remarquer qu'il est déjà intervenu auprès de la mairie de Paris, du ministre de la culture et de la communication ainsi qu'auprès du Centre des monuments nationaux.
La réponse, toujours la même, a été que ceci ne relevait pas de leur domaine de compétence puisque J.C. Decaux était une société privée.
Compte tenu de la gloire universelle que représente Marie Curie et en tant que président du groupe d'amitié France Pologne de la Haute assemblée, il lui semble que les pouvois publics ne peuvent rester sans réagir et en conséquence, il lui demande de bien vouloir prendre des mesures pour que cette erreur soit enfin réparée.



Réponse du Ministère délégué à l'enseignement supérieur et à la recherche

publiée dans le JO Sénat du 11/10/2006 - page 6435

M. le président. La parole est à M. Yann Gaillard, auteur de la question n° 1085, adressée à M. le ministre délégué à l'enseignement supérieur et à la recherche. M. Yann Gaillard. Monsieur le ministre, je souhaite attirer votre attention sur le panneau informatif JCDecaux qui se trouve à l'extérieur du Panthéon. En effet, celui-ci ne mentionne que le nom d'une des deux femmes reposant dans ce haut lieu de mémoire nationale, celui de Sophie Berthelot, épouse du célèbre chimiste Marcelin Berthelot. Elle n'y repose d'ailleurs pas à titre personnel, mais seulement au motif qu'on n'avait pas voulu la séparer de son époux. Marie Curie, prix Nobel de physique, qu'elle partagea avec son mari pour leurs travaux sur la radioactivité, et de chimie, qu'elle obtint seule, ne figure pas sur ce panneau, alors que les Curie ont été « panthéonisés », si je puis dire, le 21 avril 1995. Ainsi, des légions de touristes se trouvent confrontées à une information fausse et quelque peu désolante. Je suis déjà intervenu auprès de la mairie de Paris et du ministère de la culture et de la communication, ainsi qu'auprès du Centre des monuments nationaux et du ministère de la recherche pour dénoncer cette situation. La réponse a toujours été la même : cette question ne relève pas du domaine de compétence de ces instances, puisque la société JCDecaux est une société privée, laquelle se propose de revoir son système de panneaux informatifs dans un an ou deux. En tant que président du groupe d'amitié France-Pologne, je peux vous dire, monsieur le ministre, que, comme Frédéric Chopin, Marie Curie est l'un des symboles de l'amitié entre la France et la Pologne. J'estime, par conséquent, que cette situation est tout à fait regrettable et je ne comprends pas que les pouvoirs publics ne réagissent pas. Sans doute le contenu des accords passés avec la société JCDecaux est-il en cause. Au demeurant, il faut faire quelque chose ! M. le président. À Marseille, c'est l'Académie marseillaise qui a rédigé les panneaux JCDecaux, ce qui a permis d'éviter les erreurs historiques ! (Sourires.)

La parole est à M. le ministre délégué. M. François Goulard, ministre délégué à l'enseignement supérieur et à la recherche. Monsieur le sénateur, je partage totalement votre sentiment. À l'instar de M. le président, nous avons tous, dans nos villes, le souci de l'exactitude historique et souhaitons légitimement rendre hommage à telle ou telle personnalité, dans tel ou tel lieu. Le panneau auquel vous faites référence comporte, c'est exact, une omission concernant les femmes inhumées au Panthéon : Sophie Berthelot, la femme de Marcelin Berthelot, est mentionnée, tandis que Marie Curie ne l'est pas. Vous êtes intervenu, mes prédécesseurs l'avaient fait, à votre instigation. J'ai moi-même contacté la société privée que vous avez citée, ainsi que la Ville de Paris. La réponse qui m'a été apportée est la suivante : le contrat qui lie cette société et la ville pour la mise en place de ces panneaux informatifs prend fin l'année prochaine. Nous pourrons donc espérer, à ce moment-là, une modification des libellés figurant sur ledit panneau. Il n'en reste pas moins que cette situation est anormale. J'espère que les clameurs des uns et des autres seront entendues par les responsables. Il s'agit du domaine public de la Ville de Paris et d'un contrat avec une société privée. Pour ce qui me concerne, je n'ai pas de pouvoir particulier dans ce domaine, si ce n'est celui d'alerter les responsables. Espérons que nous serons enfin entendus ! Je m'associe par ailleurs à l'hommage que vous rendez à Marie Curie, qui a en effet reçu deux prix Nobel D'une certaine manière, elle incarne la coopération entre la Pologne et la France. Je me permets de mentionner le prix Irène Joliot-Curie, qui sera prochainement remis à des femmes de science. Je me permets, monsieur le sénateur, de vous inviter à cette cérémonie, en votre qualité de président du groupe d'amitié France-Pologne. Ce sera peut-être l'occasion de rappeler tout ce que la science française doit à Marie Curie. M. le président. La parole est à M. Yann Gaillard. M. Yann Gaillard. Je suis heureux de constater que M. le ministre partage mes regrets. J'accepte par ailleurs volontiers son invitation. Au demeurant, je félicite le Sénat de ne pas s'être reposé sur la société JCDecaux pour mettre en place ses panneaux informatifs et de les avoir réalisés lui-même, aussi bien pour le Palais du Luxembourg que pour le Petit Luxembourg.