Allez au contenu, Allez à la navigation

Gestion du régime obligatoire par les mutuelles régionales étudiantes

12e législature

Question écrite n° 23410 de Mme Françoise Férat (Marne - UC-UDF)

publiée dans le JO Sénat du 08/06/2006 - page 1589

Mme Françoise Férat attire l'attention de M. le ministre de la santé et des solidarités , sur les inquiétudes suscitées par la probable dénonciation, par la caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés, de la convention déléguant la gestion du « régime obligatoire » aux mutuelles régionales étudiantes.

Pourtant, les attentes spécifiques des étudiants en matière de couverture « maladie », de prévention des comportements à risque et d'informations sanitaires, nécessitent une approche particulière fondée sur une organisation et des actions de proximité.

Aussi, elle lui demande de bien vouloir lui préciser les mesures qu'il envisage de prendre pour assurer la pérennité de ce dispositif indispensable à l'accès des étudiants à une meilleure qualité de soins.



Réponse du Ministère de la santé et des solidarités

publiée dans le JO Sénat du 21/09/2006 - page 2453

L'attention du ministre de la santé et des solidarités est appelée sur la situation des mutuelles étudiantes régionales qui gèrent pour le compte de la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) le régime obligatoire de sécurité sociale des étudiants, et plus particulièrement sur la renégociation de la convention signée en 2002 avec la CNAMTS. C'est effectivement cette convention qui détermine le niveau des remises de gestion attribuées pour couvrir les dépenses afférentes à la gestion des prestations du régime obligatoire. Son article 16 prévoit que la convention est modifiable par avenant, notamment à l'occasion de la mise en place d'une nouvelle convention d'objectifs et de gestion (COG) entre la CNAMTS et l'Etat, ou à l'occasion de modifications substantielles des conditions d'exécution de la convention. Actuellement, le montant annuel des remises de gestion est déterminé par référence au coût de gestion constaté dans les cinquante caisses primaires d'assurance maladie (CPAM) les plus performantes. Les mutuelles étudiantes n'assurent pas la gestion de la totalité des prestations du régime de base, contrairement aux CPAM. La convention fixe donc un taux d'abattement pour tenir compte de la différence de périmètre d'activité entre les mutuelles d'étudiants et les CPAM. En 2002, ce taux avait été calculé à partir de la comptabilité analytique des CPAM de 1999. La CNAMTS renégocie actuellement avec les mutuelles, dans le cadre de la nouvelle COG Etat - CNAMTS couvrant la période 2006-2009, les modalités de calcul des remises de gestion en se basant sur la comptabilité analytique actualisée des CPAM. L'Etat veillera à ce que les crédits inscrits dans la COG Etat - CNAMTS 2006-2009 permettent de garantir pour les mutuelles d'étudiants le maintien d'un niveau de ressources compatible avec leurs missions.