Allez au contenu, Allez à la navigation

Enseignement du chinois en Lorraine

12e législature

Question écrite n° 23554 de M. Jean Louis Masson (Moselle - NI)

publiée dans le JO Sénat du 15/06/2006 - page 1631

M. Jean Louis Masson attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur le fait que le lycée Fabert de Metz a souhaité obtenir la création d'une option langue « mandarin ». Eu égard à l'importance économique de la Chine, les services de l'éducation nationale ont à de nombreuses reprises indiqué qu'il convenait de promouvoir l'apprentissage du chinois. Or, la Lorraine ne compte actuellement qu'une cinquantaine d'élèves en chinois alors qu'il y en a près de 500 en Alsace. Il souhaiterait qu'il lui indique s'il ne pense pas qu'afin de développer l'enseignement du chinois en Lorraine et de rattraper le retard constaté, il conviendrait d'y créer les filières correspondantes.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 05/10/2006 - page 2546

Le chinois est aujourd'hui dans l'enseignement secondaire français la langue dont la progression en effectifs d'élèves est la plus forte : + 30 % à la rentrée 2005 au plan national par rapport à la rentrée 2004. En ce qui concerne l'ouverture d'un enseignement de chinois dans un établissement de l'académie de Metz, il convient de rappeler qu'elle est de la compétence du recteur d'académie. C'est ce dernier en effet qui arrête la carte académique des langues vivantes et détermine les priorités en la matière. A la rentrée 2006, un enseignement optionnel de chinois sera proposé au lycée Cormontaigne à Metz en complément de ceux qui sont offerts depuis la rentrée 2005 au lycée Chopin et au lycée Saint-Dominique de Nancy. Dans un courrier adressé à monsieur le doyen de l'inspection générale de l'éducation nationale, le recteur déclare son intention d'ouvrir un nouvel enseignement du chinois dans son académie à la rentrée 2007, tout en soulignant sa volonté d'un développement raisonné, maîtrisé et programmé de cette offre linguistique.