Allez au contenu, Allez à la navigation

Augmentation du prix du gaz

12e législature

Question écrite n° 23869 de M. René-Pierre Signé (Nièvre - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 06/07/2006 - page 1811

M. René-Pierre Signé appelle l'attention de M. le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie sur les graves inquiétudes que suscite l'augmentation de 30 % du prix du gaz depuis novembre 2004, dont les conséquences grèvent lourdement le budget des ménages. Les raisons d'une telle augmentation sont pour le moins surprenantes alors que Gaz de France annonce un bénéfice de 1,7 milliard d'euros. Il est donc difficile d'admettre que GDF soit contraint d'augmenter ses tarifs pour faire face à la hausse des prix du gaz indexés sur le pétrole brut. Cette stratégie d'une entreprise publique paraît peu conforme avec les missions de service public et la défense des intérêts des consommateurs. La facture est lourde pour les usagers qui ont été largement pénalisés par la hausse du pétrole et qui ont à subir une hausse du prix du gaz à laquelle s'ajoute la fin de la ristourne provisoire de 4,40 euros par mois, octroyée durant la période de chauffage. Ils craignent également que la libération du secteur de l'énergie en 2007 n'aggrave la situation. Il lui demande donc quelles mesures il envisage de prendre pour garantir, à long terme, une énergie accessible à tous.



Réponse du Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie

publiée dans le JO Sénat du 10/08/2006 - page 2122

Disposant de peu de ressources en gaz naturel sur son territoire, la France dépend essentiellement des marchés internationaux pour ses approvisionnements. Gaz de France est un négociant dont les coûts sont très exposés à l'évolution des prix des produits pétroliers. La solidité économique et financière de Gaz de France constitue l'assurance que la sécurité d'approvisionnement française en gaz naturel est maintenue face aux risques non négligeables que certains de nos proches voisins ont pu récemment connaître. Elle est aussi un élément important de notre indépendance énergétique. Enfin, elle permet de financer les dépenses de construction et d'entretien des réseaux pour la distribution du gaz sur le territoire français et de découvrir de nouveaux gisements. Pour les clients se chauffant au gaz, Gaz de France a proposé une remise commerciale sur l'abonnement de 22 euros HT pendant tout l'hiver. Après avoir décidé qu'aucune hausse des tarifs de Gaz de France n'aurait lieu pendant l'hiver pour tous les clients de Gaz de France, particuliers comme professionnels et chaufferies collectives, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie a confié à trois personnalités une mission d'analyse des prix et du marché du gaz. La commission dont les conclusions sont consultables sur le site Internet du ministère, a précisé que la hausse de tarif de 5,8 % au 1er mai 2006 reflétait bien l'évolution des coûts d'approvisionnement de Gaz de France. Le gaz reste d'ailleurs encore une énergie compétitive. Cette commission a également souligné trois faits marquants : l'indexation des prix d'achat du gaz sur les cours des produits pétroliers en France comme dans tous les autres pays européens, la part du coût de la matière première qui représente environ la moitié du prix de vente du gaz et le prix modéré du gaz en France pour les consommateurs. Cette commission a recommandé de mettre en oeuvre une nouvelle politique de fixation des tarifs du gaz aux particuliers fondée sur quatre points vérité des prix, transparence, attentes des consommateurs, visibilité et stabilité nécessaires aux entreprises. Les conclusions de la commission doivent permettre d'engager les adaptations nécessaires du cadre juridique dans les prochains mois afin de rendre opérationnelles les nouvelles règles pour une prochaine révision tarifaire qui aura lieu le 1er juillet 2007. Lors du récent débat parlementaire sur la politique énergétique, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie a clairement indiqué que l'intention du Gouvernement était de permettre aux consommateurs qui le souhaitent de continuer à bénéficier des tarifs réglementés après l'ouverture des marchés de l'énergie à la concurrence le 1er juillet 2007. Des dispositions législatives en ce sens seront proposées au Parlement. De plus, l'accès à l'énergie sera préservé par la création d'un tarif social pour le gaz, similaire à celui existant pour l'électricité, pour les personnes en situation de précarité. Enfin, le Gouvernement a déposé un projet de loi actuellement en discussion au Parlement portant « engagement national pour le logement », qui étend le dispositif de prévention des coupures d'eau, de' gaz et d'électricité à destination des personnes éprouvant des difficultés particulières et susceptibles de bénéficier d'une aide à ce titre.