Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation de la section consulaire à Santiago du Chili

12e législature

Question écrite n° 23908 de M. Robert del Picchia (Français établis hors de France - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 13/07/2006 - page 1894

M. Robert Del Picchia attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur la situation de la section consulaire à Santiago du Chili. Dans des pays très éloignés de la France, il est tout particulièrement important que nos ressortissants puissent compter sur une personne spécialisée dans les affaires sociales qui sachent les aider dans leurs démarches administratives et les soutenir. A Santiago, l'assistante sociale semble très appréciée dans la communauté française qui vante ses compétences et sa disponibilité. Mais nos compatriotes du Chili redoutent que son poste ne soit pas pérennisé. Il souhaiterait savoir si la rationalisation du réseau prévoit une restructuration de la section consulaire à Santiago.



Réponse du Ministère des affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 16/11/2006 - page 2875

Le réseau consulaire français s'est enrichi de plusieurs postes d'assistants sociaux ces dernières années, notamment à la suite des conclusions du rapport de Mme Monique Cerisier ben Guiga sur l'exclusion sociale dans les communautés françaises à l'étranger. En 2001, un poste d'assistant a ainsi été créé dans les consultas de Beyrouth, Djibouti et Tel-Aviv. Un poste supplémentaire a été également créé au consulat général à Tananarive. Au total, treize consulats sont actuellement dotés d'un assistant social ou d'une assistante sociale : Alger, Barcelone, Beyrouth, Buenos Aires, Casablanca, Dakar, Djibouti, Libreville, Pondichéry, Rabat, Tananarive, Tel-Aviv et Tunis. Cette situation est le résultat d'un rééquilibrage permanent des effectifs au regard d'un examen approfondi des besoins des communautés françaises. C'est ainsi qu'un poste d'assistant social a été créé à Alger en 2004 et un autre supprimé à Amsterdam en 2005. Si le poste de Santiago n'est pas pourvu en 2006, en revanche, celui de Buenos Aires sera maintenu ; son titulaire prendra ses fonctions dans les prochaines semaines. Par ailleurs, le ministère des affaires étrangères n'a pas ménagé ses efforts pour développer la formation, en particulier en matière sociale, afin de doter les autres consulats d'agents ayant une compétence affirmée pour traiter des dossiers sociaux. Ce sera le cas à Santiago du Chili où la gestion des affaires sociales sera reprise par un agent titulaire de notre ambassade à l'automne 2006. Parallèlement, le ministère mène une politique de simplification administrative qui vise notamment à dégager du temps en faveur de ceux de nos compatriotes en difficulté afin d'apporter à leur situation une attention particulière.