Allez au contenu, Allez à la navigation

Maladie d'Alzheimer

12e législature

Question écrite n° 24436 de M. Bernard Murat (Corrèze - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 14/09/2006 - page 2396

M. Bernard Murat attire l'attention de M. le ministre de la santé et des solidarités sur la maladie d'Alzheimer. Près de 860 000 personnes sont aujourd'hui atteintes de la maladie d'Alzheimer en France et les prévisions pour l'avenir sont alarmantes : d'ici 2020, on estime en effet que près de 1,3 million de personnes seront atteintes, soit une personne de plus de 65 ans sur 4. Or, l'ampleur de ce phénomène n'est pas suffisamment reconnu publiquement et les moyens existants pour traiter la maladie, la dédramatiser et apporter de l'aide aux familles insuffisamment connus. Il lui demande donc s'il ne serait pas envisageable de lancer une grande campagne de communication nationale afin de promouvoir une détection plus rapide de cette maladie et, ainsi, mieux lutter contre sa propagation.



Réponse du Ministère de la santé et des solidarités

publiée dans le JO Sénat du 02/11/2006 - page 2772

En France, la maladie d'Alzheimer et les syndromes apparentés frappent plus de 860 000 personnes et l'on estime à 225 000 le nombre de nouveaux cas chaque année. Si l'on inclut l'entourage familial, ce sont ainsi près de trois millions de personnes qui sont directement concernées par la maladie d'Alzheimer. La maladie d'Alzheimer constitue la principale cause d'entrée en institution et entraîne une diminution de l'espérance de vie qui s'accroît avec l'âge des personnes atteintes. Or, du fait principalement de l'allongement de la vie de la population et de l'amélioration du diagnostic, le nombre de personnes atteintes va croître fortement. De nombreuses réformes ont été engagées au cours de ces dernières années afin d'améliorer les conditions de prise en charge des personnes âgées. La loi relative à la santé publique retient comme un de ses objectifs de « limiter la perte d'autonomie des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et son retentissement sur leurs proches ». La création de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), la mise en oeuvre du Plan Alzheimer 2004-2007 et récemment l'annonce du plan Solidarité grand âge permettent d'améliorer la prise en charge de cette maladie. C'est pourquoi le ministre de la santé et des solidarités a indiqué le 12 janvier 2006, lors du comité de suivi du plan Alzheimer, son soutien à l'initiative de l'association France Alzheimer de retenir la maladie d'Alzheimer comme grande cause nationale et il a proposé au Premier ministre d'inscrire la maladie d'Alzheimer comme grande cause nationale pour l'année 2007. Le Premier ministre a donc décidé de faire de la lutte contre la maladie d'Alzheimer la grande cause nationale de l'année 2007 afin que la recherche avance en ce domaine et que ce fléau soit combattu grâce à la mobilisation et au soutien de toutes les composantes de la société française. A cette occasion, il a rappelé qu'en mai 2006 il a lancé un plan national sur le cerveau et les maladies du système nerveux. Une mission, qui réunira les plus grands experts nationaux, sera chargée de dresser un état des lieux du dispositif de recherche, d'évaluer les moyens nécessaires et de définir une véritable stratégie de lutte contre les pathologies cérébrales. Par ailleurs, il est précisé aux organismes à but non lucratif oeuvrant dans ce domaine et désirant organiser des campagnes faisant appel à la générosité publique qu'ils sont invités à adresser leur demande d'agrément avant le 23 octobre 2006 à la direction du développement des médias.