Allez au contenu, Allez à la navigation

Réduction du budget consacré aux piges et contrats à durée déterminée dans les radios locales

12e législature

Question écrite n° 24580 de M. Jean Louis Masson (Moselle - NI)

publiée dans le JO Sénat du 28/09/2006 - page 2470

M. Jean Louis Masson attire l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur le fait que les représentants du personnel de France Culture, France Inter, France Info et France Bleu s'inquiètent de la réduction considérable du budget consacré aux piges et aux contrats à durée déterminée dans les radios locales des antennes de radios et notamment de France Bleu. Les coupes budgétaires dépassent 10 % des budgets. Or, les journalistes de France Bleu sont aussi les correspondants régionaux de France Inter et de France Info, ce qui sera donc globalement très négatif pour le service public de l'information. Il souhaiterait qu'il lui indique comment il envisage de faire en sorte que les radios locales du service public disposent des moyens nécessaires.



Réponse du Ministère de la culture et de la communication

publiée dans le JO Sénat du 26/10/2006 - page 2704

Un accord d'entreprise a été signé entre la direction de Radio France et les organisations syndicales le 3 juin 2005. Cet accord prévoit la création de 45 postes de journalistes permanents en trois ans. Ainsi, 30 journalistes pigistes ou en CDD ont été intégrés au sein des rédactions de Radio France en 2006, 10 intégrations étant prévues en 2007 et 5 en 2008. Selon les termes de cet accord, ces créations d'emploi seront intégralement financées par redéploiement et transformation de budgets initialement consacrés à des CDD ou des piges. Par conséquent, la diminution des emplois occasionnels aura comme contrepartie une augmentation des effectifs permanents. Le ministre de la culture et de la communication se félicite d'un accord qui permet, d'une part, de diminuer les emplois dits « précaires » au profit d'emplois permanents et, d'autre part, d'améliorer le potentiel rédactionnel des stations locales avec une plus grande stabilité des personnels. Par ailleurs, la direction de Radio France a souhaité procéder à l'occasion de ces intégrations à un léger rééquilibrage des moyens affectés à chacune des délégations régionales, pour atténuer les disparités entre stations. Mais cette réorganisation ne remet pas en cause l'attachement que porte le service public à l'information de proximité dont France Bleu est un maillon essentiel.