Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des étudiants en masso-kinésithérapie

12e législature

Question écrite n° 24675 de M. Jean-Pierre Demerliat (Haute-Vienne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 05/10/2006 - page 2527

M. Jean-Pierre Demerliat appelle l'attention de M. le ministre de la santé et des solidarités sur la situation matérielle, financière et morale des étudiants en masso-kinésithérapie.

Faute d'un nombre suffisant d'établissements publics, la plupart d'entre eux suivent leurs études dans des établissements privés et doivent faire face à des frais de scolarité exorbitants pouvant aller jusqu'à 7 000 euros par an.

Ils doivent effectuer chaque année un certain nombre de stages qui entraînent de nombreux frais (logement, transport...). Or, contrairement aux étudiants infirmiers, ils ne perçoivent aucune indemnisation pour ces stages.

Ils n'ont pas accès aux aides sociales étudiantes universitaires et leur niveau d'étude n'est reconnu qu'à « bac +2 » alors qu'il équivaut à un « bac +5 ».

Il souhaite donc savoir si le Gouvernement compte prendre des mesures pour revaloriser le statut des étudiants en masso-kinésithérapie, et si oui, sous quelle forme et sous quel délai.



La question est caduque