Allez au contenu, Allez à la navigation

Aide humanitaire pour la communauté française du Liban

12e législature

Question écrite n° 24678 de Mme Joëlle Garriaud-Maylam (Français établis hors de France - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 05/10/2006 - page 2517

Mme Joëlle Garriaud-Maylam attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur les conséquences désastreuses de la guerre au Liban pour les populations dont beaucoup se trouvent aujourd'hui dans le plus grand dénuement. Parmi eux, des centaines de ressortissants français seraient en très grande difficulté et ne bénéficieraient pas de l'aide humanitaire internationale. De nombreuses familles sont désormais dans l'incapacité de continuer à scolariser leurs enfants dans nos établissements français. Elle lui demande en conséquence de veiller à faire établir un point précis sur la situation de nos compatriotes, en particulier ceux qui se trouvent dans la zone sud, d'abonder les fonds des associations françaises de bienfaisance établies au Liban et de veiller à ce qu'aucune famille ne se voit contrainte pour des raisons financières de retirer ses enfants de nos établissements d'enseignement. Elle lui demande par ailleurs s'il ne serait pas opportun que la distribution des subsides et aides destinés au Liban se fasse en concertation avec les élus de l'Assemblée des Français de l'étranger ainsi qu'avec les responsables des associations françaises du pays.



Réponse du Ministère des affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 14/12/2006 - page 3097

En matière d'aide à la scolarité, l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger a mis en oeuvre pour le Liban les mesures auxquelles elle a déjà eu recours pour répondre aux besoins exceptionnels des familles françaises confrontées ces dernières années aux graves crises économiques ou politiques traversées par leur pays d'expatriation (Argentine, Côte d'Ivoire...). Dans ce contexte, l'agence a d'ores et déjà mis en paiement une allocation exceptionnelle de rentrée scolaire pour toutes les familles boursières bénéficiant d'une couverture totale des frais de scolarité. Elle va de plus : traiter de manière dérogatoire le dossier « bourses scolaires » du poste de Beyrouth (calendrier de campagne spécifique, instruction des demandes présentées par les familles tout au long de l'année scolaire 2006-2007) ; renforcer encore l'aide à la scolarité de toutes les familles aujourd'hui boursières bénéficiant d'une couverture partielle des frais de scolarité ; étudier au cas par cas les demandes présentées par des familles sollicitant une aide pour la première fois ou exclues jusqu'à présent du dispositif d'aide. L'AEFE a affecté les moyens budgétaires nécessaires à la réalisation de cet objectif et va suivre au jour le jour avec le poste et les établissements la situation de toutes les familles françaises souhaitant scolariser leurs enfants dans un établissement d'enseignement français au Liban.