Allez au contenu, Allez à la navigation

Évolution du budget accordé au fonds de soutien à l'expression radiophonique

12e législature

Question écrite n° 25329 de M. Jacques Legendre (Nord - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 16/11/2006 - page 2855

Notre pays s'enrichit de l'existence sur son territoire d'un réseau dense de radios associatives. Un fonds de soutien à l'expression radiophonique a été mis en place pour permettre à cette diversité de perdurer. Il accorde chaque année une aide publique aux radios locales qui ne bénéficient pas d'importantes recettes publicitaires. Mais le budget du fonds est constant depuis 2002, alors même que les charges qui pèsent sur les radios associatives augmentent chaque année. Cette distorsion asphyxie les finances des radios. Aussi, M. Jacques Legendre demande à M. le ministre de la culture et de la communication si le Gouvernement envisage de prendre des mesures pour revaloriser le budget du fonds de soutien à l'expression radiophonique.



Réponse du Ministère de la culture et de la communication

publiée dans le JO Sénat du 18/01/2007 - page 127

Depuis plus de vingt ans, le Fonds de soutien à l'expression radiophonique (FSER) accompagne le développement des radios de proximité. Ses dépenses n'ont cessé de croître en raison de l'augmentation du nombre des radios éligibles (442 en 1993 à 562 en 2005). Ainsi, le total des subventions versées aux radios est passé de 14 M en 1993 à 24,2 MEUR en 2005, soit une hausse de 72 %. Le produit de la taxe sur la publicité diffusée par voie de radiodiffusion sonore et de télévision, qui alimente le compte d'affectation spéciale dédié au FSER, n'a pas évolué aussi rapidement. Il est donc apparu indispensable d'augmenter le rendement de la taxe. C'est pourquoi, dans le cadre de l'examen du projet de loi de finances pour 2005, le Gouvernement a soutenu un amendement parlementaire proposant d'ajouter six nouveaux paliers de taxation au barème de la taxe en vigueur pour la publicité télévisée. Cette mesure a permis de mettre le niveau des recettes du FSER en adéquation avec le niveau des dépenses. C'est sur cette base revalorisée que le montant prévisionnel des crédits ouverts au titre du FSER dans le cadre du projet de loi de finances pour 2007 a été ajusté à la hausse et porté à 24,1 MEUR, contre 23,75 M en 2006. Au surplus, rien ne fait obstacle à ce que, dans l'hypothèse où le montant des recettes réelles du compte spécial alimentant le fonds viendrait à dépasser en cours d'exercice celui de l'inscription budgétaire initiale, il soit procédé à une ouverture de crédits complémentaires, comme cela a été fait en 2005. S'agissant par ailleurs des subventions versées par le FSER, leur barème pour 2007 sera adopté dans le cadre nouveau établi par le décret du 25 août 2006 portant réforme du FSER. Cette réforme, qui a fait l'objet d'une concertation préalable approfondie avec les organisations professionnelles concernées, a pour objectif central de consolider le fonctionnement du fonds, vital pour la pérennisation du secteur des radios de proximité non commerciales, tout en garantissant sa viabilité financière et en modernisant sa gestion. Le ministre de la culture et de la communication demeure ainsi plus que jamais attentif à ce que les radios associatives puissent remplir, dans les meilleures conditions, leur mission tant culturelle que sociale.