Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation préoccupante de la psychiatrie

12e législature

Question écrite n° 25373 de M. Jean-Noël Guérini (Bouches-du-Rhône - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 23/11/2006 - page 2926

M. Jean-Noël Guérini souhaite appeler l'attention de M. le ministre de la santé et des solidarités sur la situation préoccupante, voire alarmante, de la psychiatrie en France. Les professionnels sont inquiets de la baisse conséquente de 36 % du nombre de psychiatres prévue d'ici à 2025. Cette situation semble des plus surprenantes, car 3 % à 4 % de la population totale française est atteinte de maladies mentales légères ou plus problématiques. En outre, d'autres études mettent en exergue que 40 % des Français sont affectés par un état réel de souffrance psychique. En trente ans, le nombre de dépressions déclarées a été multiplié par six et l'OMS prévoit qu'en 2020 les troubles psychiatriques seront la première pathologie, devant les maladies cardio-vasculaires. Malgré le plan gouvernemental pour la santé mentale, les difficultés sont les mêmes. Il est compliqué pour quatorze communautés médicales, pour les patients et pour les familles d'admettre que la psychiatrie est le parent pauvre de la médecine française. En conséquence, il lui demande les mesures que le Gouvernement entend prendre pour pallier le manque de moyens matériels et financiers du parent pauvre de la médecine.



La question est caduque