Allez au contenu, Allez à la navigation

Politique de formation professionnelle

12e législature

Question écrite n° 25438 de M. Louis Souvet (Doubs - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 30/11/2006 - page 2988

M. Louis Souvet attire l'attention de M. le ministre délégué à l'emploi, au travail et à l'insertion professionnelle des jeunes sur l'inadéquation persistante entre certaines formations proposées par l'éducation nationale et les besoins réels des entreprises. Par exemple, pour illustrer de façon concrète le propos, il convient de souligner que 1 000 postes sont à pourvoir en Franche-Comté dans les domaines de l'industrie (tourneur, fraiseur, chaudronnier, mécanicien industriel, soudeur, régleur, etc.), du bâtiment et des travaux publics (charpentier, maçon, conducteurs d'engin, plâtrier, peintre, etc.) de l'hôtellerie et de la restauration (....). L'un des remèdes actuels, à savoir le recours à des personnels de l'ex-Europe de l'Est, ne saurait être que transitoire. Il demande, dans une logique économique à long terme, si les filières d'apprentissage vont recevoir des moyens supplémentaires.



La question est caduque