Allez au contenu, Allez à la navigation

Nécessité du maintien des aides à l'investissement forestier

12e législature

Question écrite n° 25539 de Mme Sandrine Hurel (Seine-Maritime - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 07/12/2006 - page 3029

Mme Sandrine Hurel attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur la nécessité de maintenir les aides à l'investissement forestier.

Les sylviculteurs déplorent que le plan de développement rural hexagonal (PDRH) pour 2007-2013 ne prévoie pas d'aide aux investissements forestiers hors tempête et que seules les aides à la reconstitution après tempête (plan « chablis »), la desserte forestière, la DFCI et certains investissements en matériel d'exploitation soient maintenus.

La fin du soutien public à l'investissement forestier aurait des conséquences considérables tant sur notre patrimoine économique qu'environnemental. Il mettrait en péril le développement de toute la filière bois ainsi que les 400 000 emplois générés.

La forêt française couvre 27 % de notre territoire, dont les trois quarts en forêt privée. Les espaces forestiers qui constituent le plus grand réservoir de biodiversité de notre pays, contribuent à préserver les sols, les ressources en eau, la qualité de l'air. Le matériau bois répond également le mieux au concept de développement durable en matière de production d'énergie, de construction et d'habitat écologique.

Alors que des actions sont menées par les collectivités territoriales haut-normandes pour soutenir la filière bois, elle lui demande de veiller au maintien des aides à l'investissement forestier et de lui faire connaître les mesures que le Gouvernement entend prendre en faveur d'une politique forestière volontariste qui réponde aux enjeux économiques et environnementaux de notre pays.



La question a été retirée