Allez au contenu, Allez à la navigation

Reconnaissance du comité interprofessionnel du pin maritime (CIPM)

12e législature

Question écrite n° 25701 de M. Gérard César (Gironde - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 21/12/2006 - page 3134

M. Gérard César attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur la demande de la filière Pin Maritime d'Aquitaine. Conformément à la loi d'orientation sur la forêt n° 2001-602 du 9 juillet 2001, permettant aux acteurs de la filière de s'organiser en interprofession pour assurer le financement d'actions de promotion et de développement, les organisations professionnelles de la filière pin maritime d'Aquitaine, de la production à la transformation, se sont regroupées au sein du Comité interprofessionnel du pin maritime (CIPM). Ce comité a pour mission d'assurer le développement et la promotion des marchés du pin maritime notamment dans le domaine de l'emballage, de la décoration et de la construction. Il lui demande, en conséquence, dans quels délais il entend reconnaître le CIPM.



Réponse du Ministère de l'agriculture et de la pêche

publiée dans le JO Sénat du 08/02/2007 - page 288

La loi d'orientation sur la forêt du 9 juillet 2001 autorise les organisations professionnelles les plus représentatives de la production sylvicole à faire l'objet d'une reconnaissance en qualité d'organisation interprofessionnelle. Dans ce cadre, un arrêté interministériel en date du 27 mai 2005 a reconnu l'association France Bois Forêt en qualité d'organisation interprofessionnelle nationale du secteur de la forêt et du bois. Un accord interprofessionnel a été conclu en son sein le 6 juillet 2005 et a fait l'objet d'une extension par arrêté interministériel en date du 22 août 2005. Cet accord, à l'origine d'une contribution volontaire obligatoire, permet à la filière de se doter de moyens complémentaires pour améliorer la connaissance des marchés et rendre l'offre française plus compétitive, en tenant mieux compte des atouts de qualité de nos produits. En réunissant les producteurs, les mobilisateurs, les premiers transformateurs et les entreprises de mise en oeuvre du bois dans le bâtiment, il constitue une étape cruciale pour préparer l'avenir de la filière et contribue à son intérêt général dans le respect des dispositions des articles L. 632-1 à L. 632-4 du code rural. Dans la mesure où France Bois Forêt, interprofession de portée nationale, a été reconnue sur les produits forestiers, la reconnaissance, à ses côtés, du Comité interprofessionnel pin maritime (CIPM) en qualité d'interprofession spécifique au pin maritime est à l'étude sous deux conditions essentielles. Tout d'abord, s'agissant d'une interprofession spécifique, le CIPM doit limiter son action au pin maritime bénéficiant d'une certification de qualité, d'origine ou une écocertification (art. L. 632.1 du code rural et L. 13 du code forestier). Cette première exigence a fait l'objet de l'élaboration d'un projet de référentiel en certification de produit industriel relatif au pin des Landes qu'un organisme certificateur mandaté par le CIPM, Qualisud, a transmis aux services du ministère de l'agriculture et de la pêche. Il a d'ores et déjà fait l'objet d'une analyse juridique et technique par ces derniers, qui l'ont récemment exposée au président du CIPM. Un travail complémentaire reste à accomplir par le CIPM, auquel le ministère de l'agriculture et de la pêche apportera son appui. De plus, conformément à l'article L. 632-1 du code rural, le CIPM doit consulter l'interprofession nationale France Bois Forêt préalablement à l'avis que devra donner le Conseil supérieur de la forêt, des produits forestiers et de la transformation du bois et établir avec elle des règles de coordination pour obtenir l'extension des accords qu'il souhaiterait appliquer. La coordination des actions du CIPM avec celles de France Bois Forêt est un préalable, et sera nécessaire à l'examen du dossier de reconnaissance du CIPM.