Allez au contenu, Allez à la navigation

Vendredi saint considéré comme chômé en Alsace-Moselle

12e législature

Question écrite n° 26721 de M. Jean Louis Masson (Moselle - NI)

publiée dans le JO Sénat du 29/03/2007 - page 676

M. Jean Louis Masson attire l'attention de M. le ministre délégué à l'emploi, au travail et à l'insertion professionnelle des jeunes sur le fait qu'en Alsace-Moselle, le Vendredi saint est journée chômée uniquement dans les communes où se trouve un temple protestant. Il souhaiterait qu'il lui précise quelle est la notion de temple correspondant à cette réglementation. En particulier dans l'hypothèse où une commune ne dispose pas de temple stricto sensu mais où une chapelle multi-cultes vient d'être réalisée à côté de la morgue (cultes catholique, protestant, israélite et musulman), il souhaiterait savoir si des syndicats peuvent se prévaloir de cette chapelle multi-cultes pour exiger que le Vendredi saint soit considéré comme journée chômée.

Transmise au Ministère de l'intérieur et de l'aménagement du territoire



Réponse du Ministère de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales

publiée dans le JO Sénat du 18/06/2007 - page 1073

En application de l'ordonnance du 16 août 1892 relative aux jours fériés locaux, le vendredi saint est un jour férié légal en Moselle, Bas-Rhin et Haut-Rhin, mais uniquement dans les communes qui possèdent un temple protestant ou une église mixte. Il faut entendre par temple un édifice du culte dédié à l'un des deux cultes protestants reconnus par les articles organiques des cultes protestants du 18 Germinal an X (l'Église réformée et l'Église de la confession d'Augsbourg). La notion d'église mixte quant à elle se rapporte au cas de figure strict du simultaneum qui permet de célébrer dans un même édifice le culte catholique et le culte protestant. En dehors de ces cas limités, l'existence d'un édifice « multicultuel » dans une commune ne permet pas de conférer le caractère férié du vendredi saint pour cette collectivité.