Allez au contenu, Allez à la navigation

Remboursement des frais de transport des personnes handicapées

13e législature

Question écrite n° 07856 de Mme Jacqueline Chevé (Côtes-d'Armor - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 12/03/2009 - page 614

Mme Jacqueline Chevé attire l'attention de Mme la secrétaire d'État chargée de la solidarité sur le remboursement des frais de transport des personnes handicapées entre leur domicile et leur centre de soins.

En effet, le décret n° 2007-158 du 5 février 2007 a mis fin au remboursement intégral de ces frais par l'assurance maladie. Ces dépenses sont aujourd'hui intégrées dans le dispositif de la prestation de compensation du handicap (PCH) et plafonnées à 12 000 euros sur une période de cinq ans. Avec la montée du prix des carburants, ce plafond, correspondant à 200 euros mensuels, s'avère très insuffisant pour de nombreuses familles, notamment celles devant effectuer des trajets quotidiens dans le cadre d'un accueil de jour.

Certes, le décret laisse la possibilité aux départements de s'affranchir de ce plafond et de verser une allocation supplémentaire. Cette aide est cependant purement facultative et fait, une nouvelle fois, peser sur les collectivités territoriales une charge auparavant assurée par un mécanisme de solidarité nationale.

C'est pourquoi elle lui demande de lui indiquer les mesures qu'elle entend prendre afin que les frais de déplacement des personnes en situation de handicap soient compensés intégralement dans le cadre de la solidarité nationale.



Réponse du Secrétariat d'État chargé de la solidarité

publiée dans le JO Sénat du 30/04/2009 - page 1073

L'attention de Mme la secrétaire d'Etat chargée de la solidarité a été appelée sur la prise en charge du coût des transports entre le domicile et le centre de soins. Les textes en vigueur n'envisagent normalement la prise en charge des frais de transport par l'assurance maladie que dans le cadre de déplacements pour recevoir des soins ou pour subir des examens appropriés à l'État de santé des personnes. Les règles de prise en charge en la matière sont fixées par les articles R. 322-10 et suivants du code de la sécurité sociale. Cependant, un certain nombre de caisses primaires d'assurance maladie (CPAM) acceptaient depuis de nombreuses années de prendre en charge, au titre de leur action sociale, des transports vers certains établissements pour adultes notamment vers les maisons d'accueil spécialisées, qui sont des structures médico-sociales ne relevant pas du domaine sanitaire et qui ne peuvent pas être considérées comme des établissements de soins au sens de la réglementation. La création, en 2006, de la prestation de compensation du handicap (PCH) et son extension, en 2007, aux personnes accueillies en établissements a conduit certaines CPAM à réinterroger leurs pratiques en matière de prise en charge des frais de transport des personnes handicapées accueillies en établissements et services médico-sociaux. En effet, la prestation de compensation permet la prise en charge, sur décision de la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées, des surcoûts liés au transport des personnes handicapées, dans la limite d'un plafond de 12 000 euros pour une période de cinq ans. En fonction des situations antérieures et de l'interprétation qui a été faite localement par les CPAM quant à l'articulation à retenir entre la nouvelle prestation et leur propre intervention, des difficultés ont pu apparaître pour les familles. Conscient de ces difficultés, le Gouvernement avait demandé, dès le printemps 2007, à la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) de donner instruction aux CPAM de maintenir leur prise en charge chaque fois que nécessaire. En effet, la PCH a été conçue non pour se substituer aux prises en charge existantes, mais pour les compléter. Pour éviter que ces difficultés d'articulation persistent, Mme la secrétaire d'Etat chargée de la solidarité a réuni, le 23 janvier 2009, un groupe de travail rassemblant l'assurance maladie, les conseils généraux, la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), les services de l'État et les associations de personnes handicapées, afin de proposer, d'ici au 30 juin 2009, un dispositif rénové et pérenne d'organisation des transports et de prise en charge des frais afférents, qui permette de prendre en compte la totalité et la diversité des situations vécues par les familles et les personnes handicapées. Le groupe de travail devra à la fois établir un diagnostic précis de la situation, sur la base d'une enquête effectuée auprès d'un échantillon représentatif d'établissements et services, et valider la pertinence d'intégrer les frais de transport dans le budget même des établissements, chaque fois que possible, comme c'est déjà le cas dans les établissements pour enfants. Dans l'attente de la mise en place de ce nouveau dispositif, la CNAMTS s'est engagée à adresser une nouvelle instruction à ses caisses locales pour garantir la poursuite de la prise en charge des frais de transport dans les conditions actuelles et les inviter à examiner attentivement toutes les situations individuelles.