Allez au contenu, Allez à la navigation

Devenir des jeunes qui ne relèvent plus de l'ASE

13e législature

Question écrite n° 12199 de M. Thierry Foucaud (Seine-Maritime - CRC-SPG)

publiée dans le JO Sénat du 18/02/2010 - page 363

M. Thierry Foucaud attire l'attention de M. le haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, haut-commissaire à la jeunesse, sur l'état de détresse de certains jeunes qui relèvent de l'aide sociale à l'enfance (ASE) et qui, le jour de la date anniversaire de leurs 18 ans, se retrouvent sans structure d'accueil.
Il en va ainsi de jeunes étrangers mineurs qui ont fui leur pays à cause de la guerre ou d'atrocités qui y étaient commises et aussi de jeunes français qui étaient pris en charge par la DDASS.
Les uns et les autres ne peuvent être admis dans des foyers ou des centres d'accueil de demandeurs d'asile (CADA) faute de revenus suffisants.
Il en résulte des situations sociales très difficiles.
Ainsi, selon les chiffres de l'Institut national des études démographiques publiées en 2006, un tiers des jeunes en errance seraient ce que l'on appelle communément des enfants de la DDASS et 40% des SDF qui sont âgés de 18 à 24 ans proviennent à l'origine de dispositifs de protection de l'enfance.
Ce sont de son point de vue des situations indignes de notre temps.
Voilà pourquoi il lui demande, pour éviter que ces personnes n'aient d'autre alternative que la rue, s'il serait possible de créer des structures de transition pour ces jeunes démunis, lesquelles leur permettraient de s'intégrer à leur rythme dans notre société.

Transmise au Ministère des affaires sociales et de la santé



La question est caduque