Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir des classes préparatoires aux grandes écoles

13e législature

Question écrite n° 21812 de M. Bernard Piras (Drôme - SOC-EELVr)

publiée dans le JO Sénat du 12/01/2012 - page 72

M. Bernard Piras attire l'attention de M. le ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche sur l'avenir des classes préparatoires aux grandes écoles.

Il est parfois reproché à ces classes d'être d'un coût élevé, élitiste, sélectives, difficiles pour les élèves, et préconisé une absorption de ces classes par les universités.

À l'examen, il s'avère que ces critiques se révèlent infondées au regard, notamment, du taux de réussite, du nombre de boursiers, des élèves pouvant y accéder, de l'implantation de ces classes sur le territoire, de l'implication et de la proximité des enseignants.

Une remise en cause de ces classes préparatoires aux grandes écoles nuirait gravement à cette filière qui a su prouver son efficacité, qui a su s'adapter et qui continue à faire ses preuves.

Il lui demande de lui indiquer si il entend bien soutenir cette filière dans cette période où la France a connu une désaffection sans précédent pour les études scientifiques.

Transmise au Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche



La question est caduque