Allez au contenu, Allez à la navigation

Préoccupations des étudiants en ostéopathie

13e législature

Question écrite n° 22005 de M. Jean-Louis Lorrain (Haut-Rhin - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 19/01/2012 - page 162

M. Jean-Louis Lorrain attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi et de la santé sur les préoccupations des étudiants en ostéopathie.

Le nombre d'établissements de formation agréés est dorénavant très important en France : 53. Le Gouvernement semble compter sur les lois du marché pour une régulation. Mais cette situation engendre un environnement concurrentiel exacerbé qui aboutira immanquablement à court terme à une baisse de la qualité de la formation et à une fermeture d'établissements de qualité. Les dispositions législatives de la loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 (HPST) qui prévoient un encadrement de l'environnement de la formation par l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) n'ont pas, pour l'instant, prouvé leur efficacité. Le rapport de l'IGAS relatif à la formation à l'ostéopathie, remis à Mme Bachelot en janvier 2010, n'a toujours pas été rendu public malgré un avis favorable de la Commission d'accès aux documents administratifs (CADA).

Dans ce contexte, il est légitime de s'inquiéter dès à présent sur les risques : d'un accroissement du nombre d'établissements qui, pour beaucoup, n'offrent déjà que peu de garanties quant aux modalités pédagogiques élémentaires requises pour ce type de formation ; de voir des établissements en difficulté brader un enseignement déjà peu encadré ; d'assister à une cessation d'activité de certains établissements, sans assurance pour les étudiants de pouvoir terminer leur cycle d'études ; d'assister à une paupérisation importante des jeunes professionnels liée à une saturation du marché ; de favoriser une perte de compétence préjudiciable à la santé des patients.

Ainsi, il lui demande de bien vouloir lui préciser les intentions du Gouvernement en la matière.

Transmise au Ministère du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social



La question est caduque