Allez au contenu, Allez à la navigation

Recensement des camélidés sur le territoire français

13e législature

Question écrite n° 22203 de Mme Nicole Bonnefoy (Charente - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 02/02/2012 - page 258

Mme Nicole Bonnefoy attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire sur les demandes du Syndicat national des éleveurs de lamas et alpagas de procéder à un recensement des camélidés sur le territoire français.

Depuis plusieurs années, les éleveurs de camélidés font valoir la nécessité de structurer leur filière et de l'organiser tant dans un souci de sécurité sanitaire que de protection des animaux.
En effet, aujourd'hui, le nombre de camélidés en France est estimé entre huit et dix mille individus. Au même titre que les bovins et ovins, ces animaux sont sensibles à un certain de nombre de maladies et peuvent donc en être porteur. Cette population étant amenée à se déplacer régulièrement sur le territoire français, elle pourrait donc être un réservoir potentiel de maladies. Or, pour l'heure, aucune prophylaxie obligatoire des camélidés n'est mise en œuvre et il n'y pas de suivi des mouvements de ces animaux à l'intérieur du pays.

Conscients de cette situation et soucieux d'assurer une meilleure traçabilité sanitaire de l'espèce face à certaines maladies émergentes telle la fièvre catarrhale ovine, les éleveurs demandent donc que les pouvoirs publics se saisissent de cette question.

C'est pourquoi, le Syndicat national des éleveurs de lamas et alpagas demande une évolution de la réglementation nationale afin que les détenteurs de ces animaux soient dûment répertoriés et que l'identification des camélidés andins soit rendue obligatoire.

À terme, les éleveurs espèrent que cette évolution de la législation permettra d'obtenir une prophylaxie adaptée aux camélidés, l'obtention d'une qualification « Cheptel indemne » vis-à-vis des maladies réputées contagieuses et le droit à des aides publiques lors de prophylaxies obligatoires au même titre que les bovins, ovins et caprins.

Elle souhaiterait donc connaître les intentions du Gouvernement à ce sujet.



Réponse du Ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire

publiée dans le JO Sénat du 08/03/2012 - page 638

Le ministère chargé de l'agriculture est convaincu que la connaissance de l'ensemble des détenteurs de camélidés sur le territoire national renforcera les outils existant permettant la gestion efficace des incidents sanitaires. Ainsi, il est prévu de rendre obligatoire, par décret, la déclaration de tout détenteur de camélidés auprès de leur établissement de l'élevage. La gestion du fichier des détenteurs de camélidés sera ainsi confiée à ces établissements, comme c'est actuellement le cas pour les bovins et les petits ruminants. Le projet de décret sera présenté prochainement aux différents représentants professionnels concernés. L'objectif est bien de faire évoluer la réglementation avant l'été prochain.