Allez au contenu, Allez à la navigation

Il est urgent d'intervenir en faveur de l'École nationale vétérinaire d'Alfort

13e législature

Question écrite n° 22547 de M. Christian Favier (Val-de-Marne - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 23/02/2012 - page 466

M. Christian Favier attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire sur la situation de l'École nationale vétérinaire d'Alfort (ENVA) qui est située en Val-de-Marne, au même endroit, depuis 1766.
Elle est installée dans des bâtiments datant de la deuxième moitié du XIXème siècle. Beaucoup sont dans un état extrêmement dégradé.
Un vaste plan de rénovation est actuellement en cours, mais dans le cadre du « Grand projet Alfort », les difficultés de financement rencontrées, du fait du retrait de subventions annoncées par le ministère de la recherche et de l'enseignement supérieur, ne permettent pas de faire face à l'ensemble des travaux. Ainsi la réhabilitation du bâtiment Nocard n'a pu être programmée. Or, aujourd'hui il s'est en partie effondré. Il y a donc urgence à intervenir. Il ne serait pas acceptable de le laisser disparaître.
L'École nationale vétérinaire d'Alfort, et en particulier le bâtiment Nocard, est un haut lieu de notre patrimoine scientifique. Son histoire se confond avec celle de la recherche médicale et de la profession vétérinaire.
Aussi, s'agissant d'un établissement public à caractère administratif, sous tutelle du ministère de l'agriculture, il lui demande quelles dispositions il compte prendre pour assurer la sauvegarde et la sécurité de l'ensemble des bâtiments de cette école et pour donner au plus vite à l'ENVA les moyens qui lui font actuellement défaut.



Réponse du Ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire

publiée dans le JO Sénat du 05/04/2012 - page 840

La modernisation de l'École nationale vétérinaire d'Alfort et la rénovation de son patrimoine historique sont actuellement des priorités pour le ministère chargé de l'agriculture. Ainsi, l'école a bénéficié d'un financement de 15 M€ d'investissements pour la construction d'un pôle à risque biologique et le ravalement du bâtiment Blin, sur la période 2010-2012, ce qui représente plus de 40 % des crédits consacrés aux établissements d'enseignement supérieur agricole. La mise en œuvre de cette priorité en 2012 a conduit à réserver l'intégralité des crédits disponibles hors contrat de projet État-Région pour l'École nationale vétérinaire d'Alfort. Dans ce contexte, le lancement d'une nouvelle opération pour la rénovation du bâtiment Nocard sera difficile cette année.