Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des réfugiés originaires d'Érythrée, du Soudan et d'Éthiopie

13e législature

Question écrite n° 22564 de Mme Claire-Lise Campion (Essonne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 23/02/2012 - page 465

Mme Claire-Lise Campion attire l'attention de M. le ministre d'État, ministre des affaires étrangères et européennes, sur la situation des réfugiés originaires d'Érythrée, du Soudan et d'Éthiopie.
Plus de 5 500 personnes originaires d'Érythrée, du Soudan et d'Éthiopie réfugiées en Libye ont dû fuir à nouveau pour l'Égypte et la Tunisie. Ces personnes doublement réfugiées survivent dans des camps dans des conditions dramatiques et parfois même dangereuses comme l'indique un récent rapport d'Amnesty International.

Ces réfugiés ne peuvent pas envisager de rentrer dans leur pays de peur d'être persécutés, et un retour en Libye est impossible car aucune protection ne leur est garantie dans ce pays.

Le Haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés a lancé un appel en mars 2011 pour que la communauté internationale soit solidaire de l'Égypte et de la Tunisie et que les États européens acceptent de prendre en charge ces réfugiés. En octobre 2011, seuls sept États ont accepté de répondre favorablement.

À ce jour, la France n'a toujours pas pris position.
Devant l'urgence de ce drame humanitaire, elle lui demande quelles mesures il compte prendre afin de donner un signal fort de solidarité et une aide concrète envers ces réfugiés en détresse en Égypte et en Tunisie.

Transmise au Ministère des affaires étrangères



La question est caduque