Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation de l'emploi chez Orange / France Télécom dans les départements alpins

13e législature

Question écrite n° 22720 de M. Claude Domeizel (Alpes de Haute-Provence - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 01/03/2012 - page 558

M. Claude Domeizel attire l'attention de M. le ministre chargé de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique sur la situation de l'entreprise France Télécom/Orange dans les départements alpins qui, dans le cadre de la gestion prévisionnelle de l'emploi et des compétences, envisage notamment de ne pas remplacer les départs à la retraite. Or, compte tenu de l'âge moyen des salariés, conjugué à l'absence totale de recrutement ces dernières années, une grande partie des emplois concernés serait condamnée à quasiment disparaître à court terme s'il n'y a pas de recrutement.

Le nombre d'emplois à Orange/France Télécom a été divisé par au moins deux en quelques années, cela en délocalisant une grande partie des activités traitées en centres d'appels et sur des plateaux techniques, mais aussi en sous-traitant de plus en plus les activités techniques de terrain.

Il lui a été signalé que, dans les Alpes, trois services sont directement menacés à court terme : un plateau d'appel 1014 à Gap (55 personnes), un plateau de gestion technique des clients à Digne (33 personnes) et un service de gestion technique à Manosque (7 personnes). Cette restructuration à court et moyen terme répondrait à une volonté de développer davantage les emplois vers les grands centres du littoral au détriment des Hautes-Alpes et des Alpes de Haute-Provence. Cette hémorragie d'emplois affecterait particulièrement l'activité des Alpes de Haute-Provence, département déjà frappé par des suppressions dans divers secteurs publics et privés.

Il lui demande ce qu'il compte mettre en œuvre pour que la société Orange/France Télécom maintienne les emplois existants dans les deux départements ruraux précités, déjà lourdement touchés par la révision générale des politiques publiques.

Transmise au Ministère du redressement productif



La question est caduque