Allez au contenu, Allez à la navigation

BTS esthétique cosmétique parfumerie

13e législature

Question écrite n° 22938 de M. André Trillard (Loire-Atlantique - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 15/03/2012 - page 668

M. André Trillard attire l'attention de M. le ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche sur les inquiétudes que le nouveau BTS esthétique cosmétique parfumerie, appelé à entrer en vigueur en septembre 2012, suscite auprès des adhérents de la Confédération nationale artisanale des instituts de beauté (CNAIB), quant au niveau de formation qui sera alors dispensé. En effet, la formation actuelle laissera la place à un enseignement de techniques d'esthétique réduit de deux tiers au profit d'une durée de stage beaucoup plus longue, stage dont les bénéfices sont aléatoires, en raison du niveau des tâches souvent confié aux stagiaires. La CNAIB de Loire-Atlantique redoute que cette situation ne débouche sur une baisse de crédibilité du diplôme, ce qui, dans un contexte de concurrence accrue avec les professions médicales et paramédicales, risque de limiter la capacité des jeunes à reprendre ou à créer des entreprises. Il lui demande donc de bien vouloir étudier la possibilité d'un diplôme sur deux ans et d'une formation de techniques esthétiques dispensée sur une période de 500 heures, minimum indispensable à une formation de qualité et porteuse d'emploi, les spécialisations devant se faire au cours de la troisième année.

Transmise au Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche



La question est caduque