Allez au contenu, Allez à la navigation

Halte à l'abandon de l'entretien du réseau routier et autoroutier national en Val-de-Marne

13e législature

Question écrite n° 23212 de M. Christian Favier (Val-de-Marne - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 05/04/2012 - page 823

M. Christian Favier attire l'attention de M. le ministre auprès du ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé des transports, sur la situation de quasi-abandon dans laquelle se trouve le réseau routier et autoroutier national, dans le département du Val-de-Marne. En effet depuis plusieurs années, les déchets s'y accumulent, les parties végétales n'y sont plus entretenues. Cette situation provoque une grande incompréhension des usagers devant une lente, mais réelle dégradation de leur environnement et de leurs conditions de vie. De plus l'état de ces paysages urbains présente une image dégradée et catastrophique pour la région capitale qui accueille des millions de touristes, visiteurs étrangers ou provinciaux qui viennent y séjourner. À cette dégradation des conditions environnementales de ce réseau s'ajoute désormais, depuis plusieurs mois, la coupure de l'éclairage des voies autoroutières, ce qui renforce encore plus l'ambiance délétère d'abandon généralisé des responsabilités de son ministère dans l'entretien du réseau routier et autoroutier national. Aussi il souhaiterait connaître les mesures qu'il compte prendre, avec la DIRIF (direction des routes Île-de-France), pour reprendre au plus vite l'entretien des voies routières et autoroutières encore placées sous sa responsabilité et remédier ainsi à cette situation qui ne saurait perdurer plus longtemps. D'autre part, il souhaiterait connaître les raisons qui l'ont amené à décider, sans aucune concertation préalable avec les autorités publiques locales, de couper l'éclairage publique sur les voies autoroutières, en zone urbaine dense, prenant ainsi le risque de générer une recrudescence des accidents.

Transmise au Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie



La question est caduque