Allez au contenu, Allez à la navigation

Adaptation de la numérisation au cinéma itinérant

13e législature

Question écrite n° 23271 de Mme Catherine Génisson (Pas-de-Calais - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 05/04/2012 - page 816

Mme Catherine Génisson appelle l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur les inquiétudes toutes légitimes du cinéma itinérant face à la numérisation, laquelle s'avère pour ce cinéma totalement inadaptée tant pour des raisons de coût que pour des raisons techniques, mettant dès lors en péril cette activité pourtant indispensable dans l'aménagement culturel du territoire.
Ces circuits itinérants constituent en effet des outils irremplaçables pour lutter contre l'isolement culturel et la désertification rurale : ainsi, les 131 circuits itinérants desservant 2 300 communes (soit 11 % de la population française) représentent 6,3 % des établissements cinématographiques français, 46 % des circuits étant classés « art et essai ». De fait, les circuits itinérants offrent annuellement 36 175 séances pour 1 540 000 spectateurs, donnant ainsi accès au cinéma aux habitants les plus éloignés de l'offre culturelle cinématographique.
Au-delà de la légitime numérisation des salles, il semble important de créer des délais spécifiques pour les circuits itinérants dans l'adaptation de leur équipement à la numérisation.
Certes, une société spécialisée travaille à la mise au point d'un appareil conçu pour répondre aux besoins de l'itinérance, mais une fois mis au point, cet appareil de projection adapté devra bénéficier dans un premier temps d'une dérogation et obtenir une homologation, préalable à la mise sur le marché et à l'obtention des financements publics.
Dans un tel contexte où les circuits itinérants disposent déjà de moyens limités, il est clair que l'aide à l'équipement prévue par la loi n° 2010-1149 du 30 septembre 2010 relative à l'équipement numérique des établissements de spectacles cinématographiques doit être accordée.
L'itinérance est un service public, les circuits cinématographiques en sont les agents avec une présence à longueur d'année, au plus près des territoires et des populations parfois éloignées de tout accès à la culture.
C'est pourquoi, pour que le circuit itinérant maintienne son rôle d'animation des territoires et pérennise le lien social tissé dans les communes rurales, elle lui demande quelles mesures sont envisagées par le Gouvernement pour l'accompagner dans sa démarche d'adaptation à la numérisation.


Transmise au Ministère de la culture et de la communication



La question est caduque