Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des officines pharmaceutiques en milieu rural

14e législature

Question écrite n° 00161 de M. Daniel Laurent (Charente-Maritime - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 05/07/2012 - page 1437

M. Daniel Laurent attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur le maillage officinal français et la disparition d'officines pharmaceutiques en milieu rural. Afin d'objectiver les difficultés rapportées par les pharmaciens, de compléter le dispositif existant sur les restructurations et d'envisager la rémunération de nouvelles missions, l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) a été saisie et un rapport a été publié le 29 juin 2011. En conséquence, il lui demande de bien vouloir l'informer de la suite qu'elle entend donner à ce rapport et des mesures qu'elle compte mettre en œuvre pour le maintien des officines dans les territoires ruraux.



Réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 11/04/2013 - page 1152

Les pharmacies d'officine représentent un maillon indispensable de notre système de santé et leur répartition obéit à des règles qui ont permis d'assurer leur présence sur l'ensemble du territoire. La convention nationale des pharmaciens titulaires d'officine prévoit, entre autres dipositions, d'arrêter par avenant des mesures permettant l'optimisation du maillage territorial, l'un des objectifs étant de préserver l'accès aux médicaments dans certaines zones notamment rurales. La ministre des affaires sociales et de la santé a souhaité que les avenants conventionnels nécessaires à la mise en œuvre de ces dispositions soient discutés au premier semestre 2013. Au-delà, l'attrait du métier de pharmacien d'officine doit être renforcé. Le Gouvernement souhaite tout d'abord une meilleure valorisation de l'acte de dispensation du médicament afin que le conseil au patient et l'analyse pharmaceutique des ordonnances soient pris en compte dans le système de rémunération. Le Gouvernement souhaite enfin que les pharmaciens d'officine soient davantage intégrés aux équipes de soins de proximité, compte tenu de leur rôle au plus près des patients.