Allez au contenu, Allez à la navigation

Travaux réalisés dans le périmètre de protection d'un monument historique

14e législature

Question écrite n° 01629 de M. Jean Louis Masson (Moselle - NI)

publiée dans le JO Sénat du 23/08/2012 - page 1853

Sa question écrite du 8 mars 2012 n'ayant pas obtenu de réponse sous la précédente législature, M. Jean Louis Masson rappelle à Mme la ministre de la culture et de la communication le cas de travaux réalisés dans la toiture d'un immeuble concerné par le périmètre de protection d'un monument historique. Ces travaux ont conduit à la réalisation de 24 vélux alors que la déclaration de travaux n'en prévoyait que 15. Dans la mesure où plus de trois ans se sont écoulés depuis la réalisation des travaux, il lui demande si l'administration peut encore exiger la suppression des vélux excédentaires.

Transmise au Ministère de l'égalité des territoires et du logement



Réponse du Ministère de l'égalité des territoires et du logement

publiée dans le JO Sénat du 08/11/2012 - page 2540

Les infractions au code de l'urbanisme constituent des délits. Leur prescription est, conformément à l'article 8 du code de procédure pénale, de trois ans. Ce délai s'applique quelle que soit la zone où se situe le projet. Il commence à courir à compter de l'achèvement des travaux. Toutefois, tout acte de poursuite ou de procédure judiciaire tel qu'un procès-verbal d'infraction, une instruction adressée par le procureur au maire ou au fonctionnaire compétent dans le cadre d'une enquête préliminaire ou encore une citation à comparaître peut interrompre le délai de prescription.