Allez au contenu, Allez à la navigation

Formation de préparateur en pharmacie

14e législature

Question écrite n° 02042 de M. Alain Chatillon (Haute-Garonne - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 27/09/2012 - page 2067

M. Alain Chatillon attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur la formation de préparateur en pharmacie et les diplômes afférents.
La profession souhaiterait que le brevet professionnel de préparateur en pharmacie soit remis à plat dans le cadre d'une réforme des études de santé devant s'adapter à l'harmonisation européenne des diplômes.
Elle sollicite notamment l'évolution d'un dispositif d'alternance sur trois ans conciliant ainsi à la fois un volume de formation dans un organisme de formation (1 500 heures sur trois ans contre 800 heures actuellement sur deux ans) et l'alternance salariée, par un contrat de travail lié à l'entreprise officinale.
Dans un réseau de soin en profonde mutation, nous ne pouvons nous passer d'un corps de santé performant. Les préparateurs en pharmacie représentent aujourd'hui 60 000 salariés dans la branche de la pharmacie d'officine. Nous savons que l'apprentissage favorise l'intégration professionnelle des jeunes, aussi il lui demande comment elle entend répondre au souhait de la profession.



Réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 03/01/2013 - page 18

Les travaux de rénovation du brevet professionnel de préparateur en pharmacie, menés par un inspecteur général de l'éducation nationale et mandatés par la vingtième commission professionnelle consultative du secteur sanitaire et social, ont débuté en octobre 2009. La réflexion a été menée par les ministères de l'éducation nationale et de la santé en concertation avec l'ensemble des organisations professionnelles et syndicales de la branche de la pharmacie d'officine. Au vu de l'état d'avancement du référentiel d'activités professionnelles élaboré dans le cadre du groupe de travail, le ministère de la santé s'était prononcé en 2010 en faveur de la création d'un BTS en deux ans pour l'accès à l'exercice de la profession de préparateur en pharmacie. Or, en l'absence de consensus entre les différents partenaires sur ce point, les travaux du groupe de travail ont été suspendus en mars 2011. La démarche de réingénierie des diplômes est une priorité majeure pour le Gouvernement. Compte tenu des nombreuses questions qu'elle vient poser en termes de contenu comme de gouvernance, la ministre des affaires sociales et de la santé et la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche ont décidé de diligenter une mission conjointe IGAS/IGAENR chargée d'interroger le processus engagé et de faire toute proposition visant à en faciliter la poursuite. Ses conclusions, attendues pour le printemps 2013 permettront de réengager les travaux de rénovation du brevet professionnel de préparateur en pharmacie sur une base consensuelle.