Allez au contenu, Allez à la navigation

Bienfaits de la lumière naturelle

14e législature

Question écrite n° 02610 de M. François Grosdidier (Moselle - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 25/10/2012 - page 2360

M. François Grosdidier attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social sur les bienfaits de la lumière naturelle.

De très nombreuses études scientifiques insistent sur la nécessité pour l'Homme de disposer d'un éclairage naturel maximal et de permettre aux salariés d'évoluer dans un cadre offrant un éclairage naturel minimum.

Dans de nombreux pays européens, de multiples recommandations incitatives en direction des constructeurs, des gestionnaires et des propriétaires ont été décidées pour valoriser l'éclairage naturel.

En France, les équipements et bureaux ne permettent pas aux salariés de disposer de conditions de travail optimales, le code du travail ne faisant état que du besoin de « disposer d'une lumière naturelle satisfaisante » (article R. 4223-3). Seuil minimum de lumière naturelle imposé et mesures incitatives, rien ne semble se dessiner.

Aussi, il souhaite connaître la position et les mesures que le Gouvernement souhaite prendre afin de remédier à ce problème de santé publique.



Réponse du Ministère du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

publiée dans le JO Sénat du 31/01/2013 - page 350

Des dispositions générales sont définies dans le code du travail pour la conception mais également pour l'utilisation des locaux de travail. En effet, le maître d'ouvrage a des obligations en ce qui concerne la conception des lieux de travail. L'article R. 4213-2 du code du travail fixe que « les bâtiments sont conçus et disposés de telle sorte que la lumière naturelle puisse être utilisée pour l'éclairage des locaux destinés à être affectés au travail, sauf dans les cas où la nature technique des activités s'y oppose ». L'employeur a des obligations en ce qui concerne l'utilisation des lieux de travail. L'article R. 4223-3 du code du travail définit que « les locaux de travail disposent autant que possible d'une lumière naturelle suffisante ». Ainsi, dès la conception des bâtiments, la lumière naturelle doit être prise en compte afin qu'elle puisse servir à l'éclairage des locaux de travail et être mise en œuvre autant que possible lors de l'utilisation de ces locaux. En outre, la circulaire du 11 avril 1984 relative au commentaire technique des décrets relatifs à l'éclairage des lieux de travail précise que « sauf incompatibilité avec la nature des activités, justifiée par le maître d'ouvrage, de nouveaux locaux de travail ne pourront être aménagés sans utilisation de la lumière naturelle et sans vue sur l'extérieur. [...] Il n'a pas été fixé de valeur minimale d'éclairement naturel, car cet éclairement ne dépend pas exclusivement des dispositions architecturales des locaux mais également des conditions extérieures de site, cela particulièrement dans le cas de l'éclairage latéral. Cependant, chaque fois que cela sera possible, il est recommandé d'assurer un niveau d'éclairement naturel par temps clair, supérieur aux valeurs minimales de l'article R. 232-6-2. » (valeurs correspondant aux éclairements minimaux à mettre en place pour l'éclairage artificiel). « Il n'a pas été fixé de surface minimale pour les baies transparentes. Toutefois, il est recommandé, pour les zones occupées par le personnel, que les surfaces vitrées représentent au moins le quart de la superficie de la plus grande paroi du local donnant sur l'extérieur, en ne considérant que les surfaces en dessous de 3 mètres de hauteur. De plus, chaque fois qu'il n'y aura pas d'indication précise sur les postures de travail, la hauteur d'allège ne devrait pas dépasser 1 mètre (la hauteur d'allège est la hauteur de la partie fixe et pleine comprise entre le sol et le vitrage). ».