Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation de l'hôpital Henry Gabrielle

14e législature

Question écrite n° 02650 de Mme Christiane Demontès (Rhône - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 25/10/2012 - page 2339

Mme Christiane Demontès attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur la situation à laquelle se trouvent confrontés le personnel et les usagers de l'hôpital Henry Gabrielle.

Situé à Saint-Genis-Laval, dans le département du Rhône, l'hôpital Henry Gabrielle est spécialisé dans la rééducation et la réadaptation fonctionnelles. Il dispose de 185 lits d'hospitalisation complète, 14 lits d'hôpital de semaine et 10 lits d'hôpital de jour.

Depuis de nombreuses années, l'équipe soignante travaille dans des conditions difficiles en raison notamment d'une situation quasi permanente de sous-effectif. Les infirmiers, aides-soignants et assistants de soins, en nombre restreint (six voire même cinq pour un total de 25 patients), manquent de temps pour accompagner l'ensemble des patients, servir les repas...

Aujourd'hui, le personnel est très inquiet. En effet la direction de l'établissement a présenté un projet qui entend supprimer des postes d'infirmiers et d'aides-soignants dans chaque unité. Aux dires de la direction, cette réorganisation serait justifiée par des contraintes économiques dues entre autres à la politique de convergence tarifaire. L'impact de cette décision, prise sans aucune concertation avec le personnel, dans une seule logique de rentabilité et sans égard envers les patients, serait dramatique notamment en termes de qualité de soins.

Le personnel syndiqué, non syndiqué et un certain nombre d'usagers se sont regroupés au sein du comité de défense de l'hôpital Henry Gabrielle. À la suite d'un entretien avec la direction, ils ont obtenu de celle-ci qu'elle reporte à la mi-novembre la mise en œuvre de son projet, prévue initialement pour le 1er octobre. Or, selon toute vraisemblance, le moratoire aurait très récemment été remis en question.

Aussi, au regard de cette situation on ne peut plus sérieuse, elle lui demande de lui indiquer les mesures pouvant être prises afin de maintenir un effectif au sein de cet établissement permettant d'optimiser et de garantir la qualité de soins due aux patients.

Transmise au Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes



La question a été retirée pour cause de fin de mandat.