Allez au contenu, Allez à la navigation

Bilan de la réforme du bac professionnel agricole

14e législature

Question écrite n° 03144 de M. Alain Fauconnier (Aveyron - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 22/11/2012 - page 2636

M. Alain Fauconnier attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt sur le bilan de la réforme du bac professionnel (bac pro) agricole. Suite à la réforme du bac pro, deux générations d'élèves se sont présentées à l'examen au moins de juin 2012. Ceux qui ont préparé le bac pro en trois ans (suite à la réforme) et ceux qui ont suivi une formation en quatre ans, via le BEP agricole, que la réforme a supprimé. Par conséquent, il le remercie de lui indiquer le bilan de la réforme du bac agricole.



Réponse du Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt

publiée dans le JO Sénat du 07/02/2013 - page 420

La session d'examens 2012 qui a suivi la réforme du baccalauréat professionnel dans l'enseignement agricole a été caractérisée par des particularités notables. D'une part, les examens du baccalauréat professionnel 2012 ont été organisés pour un effectif important de candidats en raison du double flux et pour des publics différents : les candidats issus de seconde professionnelle et ceux titulaires d'un brevet d'études professionnelles agricoles (BEPA). D'autre part, ces examens ont sanctionné un enseignement conduit sur la base de référentiels de formation rénovés et validés par des épreuves nouvelles. L'ampleur des évolutions introduites par la rénovation de la voie professionnelle explique en partie les résultats différents aux examens 2012 du baccalauréat professionnel de ceux des années antérieures. À ce stade de la réforme, dont la mise en œuvre se poursuit jusqu'à la session 2014, des conclusions définitives ne peuvent être formulées, un ensemble de constats peut toutefois être dégagé. À la session 2012, un nombre plus élevé de jeunes a accédé au baccalauréat bien qu'une baisse relative du taux de réussite par rapport aux années antérieures ait été constatée. Un différentiel de résultat entre les candidats identifiés en parcours trois ans et ceux en parcours quatre ans titulaires du BEPA a été mis en évidence au bénéfice des derniers. Ces résultats ne remettent pas en cause les évolutions engagées par la rénovation de la voie professionnelle dont le déploiement n'est pas achevé. L'objectif d'égale dignité du baccalauréat professionnel avec les baccalauréats général ou technologique, délivrés en trois ans, et la possibilité de poursuite d'études supérieures courtes sont reconnus par les jeunes et leurs familles et répondent à une demande sociale d'élévation du niveau de formation.