Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir du 3e RHC d'Étain-Rouvres

14e législature

Question écrite n° 03150 de M. Christian Namy (Meuse - UDI-UC)

publiée dans le JO Sénat du 22/11/2012 - page 2638

M. Christian Namy interroge M. le ministre de la défense sur l'avenir du 3e régiment d'hélicoptères de combat (RHC) d'Étain-Rouvres. Entre 2002 et 2006, l'État a promis d'équiper le 3e RHC d'hélicoptères tigres avec 400 militaires supplémentaires. Pour cela, il était demandé aux élus de rendre attractif leur territoire. Ce qui a été fait (logements, écoles, etc.). Mais l'État n'a pas tenu sa parole et, depuis 2008, le régiment est menacé.

Le matériel actuel arrivera en fin de vie vers 2020, et doit être remplacé par des tigres, des NH 90 et pourquoi pas des drones. Sans ces nouveaux appareils, le 3e RHC risquerait de disparaître avec toutes les conséquences économiques et sociales prévisibles.

Il a été annoncé que le débat qui s'engage sur le livre blanc doit tenir compte de la « fonctionnalité du site et de la qualité des infrastructures ». Ce régiment possède de nombreux atouts. Parmi eux, la superficie de la base sans aucune nuisance aux populations voisines, un espace aérien favorable, une position géographique privilégiée, une grande piste d'envol, et de nombreux bâtiments récents.

Autant d'arguments qui plaident pour le maintien et le renforcement du 3e RHC. De plus, la Meuse a déjà perdu près de 3 000 emplois militaires depuis une vingtaine d'années, sans aucune compensation malgré les promesses, et ce sans compter la fermeture annoncée du 8e régiment d'artillerie (RA) de Commercy. Le territoire et le département ont besoin de la solidarité nationale.

Sachant que le 3e RHC a déjà perdu 250 militaires depuis 2008, il sollicite qu'il lui précise l'avenir du 3e RHC dans le cadre de la nouvelle loi de programmation militaire pour la période 2014-2019.



Réponse du Ministère de la défense

publiée dans le JO Sénat du 28/02/2013 - page 700

Ainsi que le souligne l'honorable parlementaire, le 3e régiment d'hélicoptères de combat d'Étain-Rouvres dispose de nombreux atouts, au nombre desquels figure notamment la qualité de son infrastructure, ancienne mais maintenue en bon état. Aucune décision de dissolution n'a été prise concernant ce régiment. Actuellement, il est ainsi prévu de le doter progressivement du NH 90, entre 2020 et 2025, en remplacement de ses hélicoptères d'ancienne génération. Par ailleurs, s'agissant d'une éventuelle évolution de son format, celle-ci ne peut être définie tant que les conclusions du nouveau Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale n'auront pas été rendues. Il convient en outre de souligner qu'afin d'accompagner les restructurations conduites dans la Meuse sur la période 2008-2015, ce département a bénéficié d'un plan d'aide spécifique revêtant notamment la forme : d'un plan local de redynamisation, signé le 16 décembre 2011, d'un montant de 3 M€ ; d'un contrat de développement économique (CDE) pour la ville de Commercy, conclu le 18 juillet 2011, dont la signature a d'ores et déjà permis d'engager des actions de redynamisation du territoire venant à ce jour partiellement compenser la dissolution, au cours de l'été 2013, du 8e régiment d'artillerie. L'effort budgétaire consenti par l'État en faveur du bassin de Commercy est exceptionnel : il s'élève à 14,5 M€ sur un montant total de 25 M€ de financement prévu par le CDE.